dimanche 22 novembre 2015

Freemind/Freeplane : pour en finir avec le déplacement des noeuds


Même si Freemind et Freeplane sont d'excellents logiciels de Mind-Mapping, il faut bien avouer qu'ils ne sont pas toujours des modèles d'ergonomie. Pour les néophytes, un premier problème survient rapidement : comment faire pour déplacer des noeuds ? En effet, rares sont les cartes structurées de manière idéale dès le premier jet. Passer un noeud de la gauche vers la droite du coeur, derrière un noeud, au-dessus d'un autre,... sont autant de besoins basiques au même titre que l'insertion de nouveaux noeuds. Ce problème représentent 8 sollicitations sur 10 parmi mes courriels !

Ce n'est pas "évident". Tant qu'on n'a pas vu faire, on ne saura pas faire ! Ce billet est donc destiné à celles et ceux qui s'arrachent les cheveux devant leur écran.

Ce qu'il ne faut pas faire
Devant chaque noeud, une ellipse apparait au passage de la souris. En maintenant appuyé le bouton gauche de la souris  et en la déplaçant, vous pourrez déplacer le noeud.

Mais cette manipulation n'a qu'une utilité esthétique : écarter les noeuds les uns par rapport aux autres pour une meilleure visibilité ou mettre à l'écart l'un d'eux pour signaler une spécificité. Mais ce type de déplacement ne permet pas de réviser la structure de votre carte. D'ailleurs, voilà ce qui se passe lorsqu'on déplace un noeud de droite vers la gauche de cette manière :



Vous vous retrouverez alors avec un noeud "contrarié" : son emplacement naturel est à droite et on le déplace vers la gauche sans modifier la structure. Les noeuds fils continuent à s'ouvrir vers la droite : pas bon ! d'ailleurs, à partir d'un certain niveau de déplacement, l'ellipse se teinte en rouge, signe d'alerte : ne dépassez pas cette limite.

Passer un noeud de la droite vers la gauche du coeur
 Saisissez le noeud à déplacer et déplacez-le vers la gauche, en pointant à l'intérieur du coeur. La présence d'un dégradé gris (de la gauche vers la droite) vous invite à relacher la souris. Le transfert est effectué :


Passer un noeud de la gauche vers la droite du coeur
C'est la même manipulation, mais dans l'autre sens


Passer un noeud derrière un autre noeud
Là également, c'est la même manipulation, mais effectuée au niveau d'un noeud, et non du coeur


Passer un noeud au dessus d'un autre noeud
Le principe reste le même. Mais plutôt que d'amener le noeud à déplacer vers la gauche (ou la droite, selon la position du noeud par rapport au coeur), il convient de relâcher le bouton de souris plutôt vers le haut du noeud destination. Le dégradé ne va plus de gauche vers la droite (ou de la droite vers la gauche), mais de haut en bas



Plus aller plus loin
Je rappelle que Freemind et Freeplane sont totalement pilotables au clavier. Tous ces mouvements de noeuds n'échappent pas à cette règle. Les raccourcis sont accessibles dans le menu Navigation




samedi 17 octobre 2015

Mindly : structurez vos infos dans des bulles !

Vous connaissiez Pearltrees, spécialisé dans le recensement et la structuration de sites Internet. Peut-être avez-vous déjà utilisé GoalEnforcer. Vous gérez éventuellement votre activité avec Droptask. Arrive maintenant un nouveau logiciel de représentation visuelle de l'information sous forme de bulles (ou billes, cercles,...à vous de choisir) : Mindly. Exclusivement réservé aux appareils Android et iOS, Mindly apporte une certaines intelligence au genre. Grâce à son ergonomie parfaitement imaginée, cet outil est totalement utilisable en édition sur un smartphone. Toutefois, son exploitation sera limitée au recensement et à la structuration des informations. Donc pas de gestion de ressources, de calendrier,...
Il peut cependant remplacer très avantageusement votre traditionnel gestionnaire de tâches. D'ailleurs, parmi les témoignages des utilisateurs satisfaits, il en est un dont l'avis fait foi :


 L'écran d'accueil est sobre. Il présente une carte existante et un cercle "+" qui vous permet de créer votre première carte.


La première chose à faire est de nommer le coeur. Vous pouvez éventuellement ajouter un commentaire d'une taille plus que respectable.



Mindly propose, sur un deuxième onglet, de choisir votre palette de couleur. Cela peut paraitre un détail, mais la couleur vous permettra de mieux repérer certaines informations si la carte est de grande taille et le texte presque illisible. Notez que vous pouvez également affecter une icône à ce coeur, comme à tout élément de la carte. appuyez ensuite sur le bouton situé en haut et à droite de cette fenêtre pour valider


 Le coeur est créé. Vous pouvez maintenant ajouter des éléments autour, en cliquant sur les petits "+" situés le cercle gris autour de ce coeur. Les propriétés de formatage sont les mêmes que sur l'image précédente


 Cliquez sur l'une des "bulles" pour accéder à ses éléments "fils" ou pour en ajouter, toujours sur ce même cercle. Si l'élément sélectionné n'est pas le coeur, la "bulle" mère est visible dans le coin supérieur gauche de l'écran
 

Si le nombre d'éléments autour du rond central est trop important, la "roue" s'agrandit, masquant ainsi une partie du contenu. Il suffit alors de la faire tourner pour accéder à l'élément souhaité


Si vous constatez qu'un élément n'est finalement pas à sa place, un déplacement est possible : un appui long pour le sélectionner puis un déplacement vers une autre bulle de même niveau ou au niveau supérieur, en l' "amenant" vers sa bulle "mère" puis en la déplaçant où on souhaite. Vous pouvez soit déplacer, soit copier l'élément.


En cliquant sur le  bouton, très discret, en haut à droite de l'écran, il est possible d'intégrer des éléments. Mindly propose d'insérer des images déjà existantes ou de capturer des photos


Vous noterez la présence de l'option "Ajouter un lien". Il ne peut malheureusement s'agir que d'un lien vers un site internet et non vers un fichier de votre appareil.

Une vue générale de la carte est disponible. Cette vue permet de mesurer la structure des informations : hypertrophie ou atrophie de certaines branches, manque de précisions,... C'est à ce niveau que l'on réalise l'intérêt du choix des couleurs. A ce stade, la carte est bien évidemment zoomable.


Mindly peut "imprimer" en pdf la carte créée. Intéressant si on souhaite la partager avec d'autres utilisateurs. Elle est également "enregistrable" dans son format natif. Si vous disposez d'un compte Dropbox, le résultat peut directement y être enregistré.


Mindly propose également des exportations dans des formats divers et variés (texte, OPML, HTML), accessibles seulement aux utilisateurs ayant déboursé les 5,99€ de la licence .


Vous aurez donc remarqué, je pense, l'extrême simplicité d'utilisation de ce logiciel. D'une extrême clarté, il vous permettra de structurer efficacement vos informations sur un sujet donné. Au delà de cela, vous ne trouverez pas de fonctionnalités révolutionnaires, même si le partage est l'un des autres points forts de cette application. 

Une petite démo très "girly" ! : 





Mise à jour du 19 Octobre.
Un petit échange de courriels avec l'équipe de développement m'a permis d'apprendre qu'une nouvelle version était à l'étude. Elle permettra justement d'insérer des liens vers des fichiers. Ca tombe bien. D'autre part, une version "desktop" est à l'étude, dans l'environnement Mac pour le moment.



lundi 12 octobre 2015

Xmind 7 : le premier test

Xmind s'impose peu à peu comme l'un des logiciels de Mind-Mapping incontournables. Pour cela, ses développeurs s'appuient sur des concepts simples et efficaces. La prise en main est exceptionnellement simple et intuitive. Quelques minutes de pratique permettent de créer des cartes abouties. D'autre part sa formule "gratuit/payant" est savamment dosée. Dans sa version gratuite, Xmind propose toutes les fonctionnalités nécessaires pour créer et mettre en forme une carte de bout en bout. La version payante permet de disposer des fonctionnalités intéressantes mais qui restent satellites : diagramme de Gantt pour suivre un projet, un mode présentation, un mode brainstorming,...

J'ai pu tester la dernière version en cours de développement : Xmind 7. Voici quelques-unes de ses nouveautés.

Au démarrage, par défaut, la fenêtre d'accueil vous propose soit de choisir le type de carte à créer, soit de sélectionner un modèle de carte à utiliser.


Selon le type de carte sélectionné, on peut être amener à choisir le thème :



On accède alors à la nouvelle interface :



Celle-ci est beaucoup plus épurée que dans les versions précédente, très "flat design". Les icônes ont également été revues dans ce sens. Le tout semble être plus clair et accessible.
Côté formats de cartes, une nouveauté fait son apparition : la représentation Time Line.


Sa particularité est de représenter les branches "soeurs" sur une même ligne, mais il reste possible d'ajouter des branches filles à chaque niveau :


 Représentation pratique et rapide d'évènements : idéal pour synthétiser un cours d'Histoire !

Pour la mise en forme des sujets, deux nouvelles formes font leur apparition : parallélépipède et nuage :


Cet article ne recense qu'une petite partie des nouveautés que vous découvrirez dans les prochaine semaines. Avec cette version, Xmind reste une valeur sûre pour qui souhaite obtenir rapidement un résultat visuel très réussi. S'il vous tarde de tester cette version, vous pouvez devenir un "beta-testeur" en adressant directement un mail à l'adresse xmind-beta@xmind.net.
 

mardi 25 août 2015

DropTask lance son Desktop pour Windows

C'est dans l'ère du temps : les éditeurs de logiciels en-ligne finissent toujours par proposer une version "hors-ligne", souvent appelée "desktop", pour les utilisateurs en mal de connexion Internet. En effet, rien de plus frustrant que de ne pas pouvoir utiliser son logiciel préféré faute de connexion ou, pire, en disposant d'une connexion publique capricieuse.
Prezi, Mindomo, Mindmeister : autant de logiciels qui ont passé ce cap fatidique.

Le dernier en date est Droptask avec cette version pour Windows. 
Pour rappel, Droptask est un excellent gestionnaire de tâches très visuel et parfaitement intuitif. Il est le fruit d'un travail très bien accompli par une équipe émanant d'iMindMap. Ce n'est pas un logiciel de Mind-Mapping, mais sa conception lui permet sans le moindre doute d'être intégré dans la catégorie des outils de "pensée visuelle" (j'aurais pu écrire Visual Thinking, mais j'ai déjà largement dépassé le quota de mots anglais !).
Si, parmi vous, certains ne le connaissent pas encore vous pouvez lire cet article que j'ai pu écrire à son sujet. Depuis, cet outil a un peu évolué, avec des fonctionnalités supplémentaires, mais l'essentiel est toujours d'actualité.

Alors, quoi de neuf ?
Ben rien...et c'est tant mieux ! la version desktop ne diffère en rien (ou presque) de la version en-ligne, pour preuve, ces copies d'écran :

La version en-ligne :


 Et sa soeur jumelle, la version hors-ligne :

Il manque seulement l'affichage des tâches sous forme de liste, accessible par ce bouton, dans la version en-ligne :


Donc, à un poil prêt, les repères sont exactement les mêmes, ainsi que l'affichage du détail de chacune des tâches :

En-ligne :


Hors ligne :



Ca synchronise !
la synchronisation, c'est quand même la raison d'être de ce genre de logiciel. Sur ce point, le pari est plutôt réussi. toutes les tâches créées de part ou d'autre sont automatiquement et rapidement synchronisées de manière transparente. Un peu trop peut-être. Un petit message du type "synchronisation réussie" aurait été le bienvenu, que ce soit sur la version en-ligne ou hors-ligne. Mais le boulot est fait, et c'est ce qui compte.

Ca roule au Microsoft
N'étant pas développeur , je ne porterai pas de jugement sur les outils utilisés en la matière. Mais dès l'installation, on sent qu'Internet Explorer est tapi dans l'ombre de ce logiciel. D'ailleurs, il suffit de visiter le répertoire d'installation pour en être convaincu :



Bien, pas bien : je resterai neutre...:-P

Beta = pas fini
Je ne l'ai pas précisé, mais cette version est une beta. J'ai pu constater quelques problèmes :
- la taille de la police de caractère de la description des tâches est assez imposante dès que sa description contient de nombreux mots
- l'historique des actions n'est pas visible.
- on peut également regretter qu'il n'y ait pas de menu classique qui permettrait d'accéder à certaines options s'intégrant réellement sur le poste (changer de modèle, enregistrer des versions intermédiaires de listes de tâches,...)
- quand le PC passe en mode veille prolongée,  le programme ne répond plus. J'ai du redémarrer mon PC à chaque fois. Plutôt gênant pour une appli qui doit rester constamment sous la main !

Au final, c'est convaincant
Simple et efficace, ce Desktop est une réussite, même s'il ne remplace pas totalement la version en-ligne, pour le moment en tout cas. Mais il fait parfaitement ce pour quoi il a été conçu : compléter, modifier un plan de tâches hors ligne pour le synchroniser par la suite.
Reste à savoir si cette application restera utilisable pour les utilisateurs du plan "gratuit" de Droptask. En effet, comme la plupart des logiciels en-ligne, il existe une version dite gratuite et limitée et une version payante par abonnement. Il vous en coutera 65 dollars (américains je présume) pour accéder au Graal : collaboratif sans limite, autant de projets qu'on souhaite, créer des liens entre des tâches (genre connecteurs entre les branches d'une Carte Heuristique),...La version gratuite est largement suffisante pour des besoins personnels. Espérons que la politique commerciale de Droptask ne réserve pas l'outil abouti à l'usage exclusif de ses abonnés.




mardi 2 juin 2015

Apprendre à apprendre d'André Giordan et Jérome Saltet

"Apprendre à apprendre" : voilà une discipline qui n'existe pas de manière formelle dans les cursus scolaires. Malheureusement, ce n'est pas une compétence innée. C'est pourquoi il existe aujourd'hui de nombreux ouvrages sur le sujet, voire même des formations pour "apprendre à apprendre". Quand on est parent d'enfants scolarisés, notamment, en collège et lycée, on constate rapidement les lacunes qu'ils peuvent avoir dans ce domaine. Le livre dont je vais parler ici est paru aux éditions Librio et coûtera la modique somme de...3€ ! Il renferme une quantité importante d'informations très précieuses.

Les chapitres introductifs sont consacrés à l'acte d'apprendre et la dynamisation de l'envie d'apprendre. Bien souvent, l'envie d'apprendre, pour un Collégien ou un Lycéen, se limite à l'obtention d'une note correcte et non d'acquérir des connaissances. Pourtant, en essayant de comprendre et de stimuler le désir d'apprendre, les connaissances s'acquièrent plus facilement et de manière durable. Comme l'indique le mathématicien Henri Poincaré (repris dans ce livre) : "on résout les problèmes qu'on se pose et non les problèmes qui se posent". Au delà d'une technique, l'acte d' "apprendre à apprendre" est avant tout une démarche globale : comprendre, faire des erreurs  (à condition qu'elles soient au service de l'expérience !), avoir envie et bien définir l'objectif en prenant du recul (ce que je sais, ce que je dois savoir,....)
Les premiers chapitres sont dédiés à cette démarche, sans bavardage ce qui est très appréciable.

Plus loin, des techniques d'organisation et de mémorisation (mise en condition,...) sont également développées de manière précise, même si, bien entendu, il conviendra de les adapter en fonction de l'objectif et de la matière.

Un outil est particulèrement mis en évidence dans ce livre. Les auteurs l'appellent le conceptogramme. Il s'agit d'une sorte de carte conceptuelle un peu simplifiée. Pourtant, en relisant le livre avec un regard pragmatique en se demandant comment mettre en pratique les conseils prodigués , vous vous apercevrez rapidement que tout est transposable sous forme de Mindmaps :
- définir les objectifs
- intégrer, sur une carte "martyre" toutes les informations du cours, qu'elles proviennent des notes de l'élèves, du manuel scolaire ou d'autres sources complémentaires (internet, CDI,...)
- restructurer en fonction de la valeur de ces informations.
- valoriser les informations (images, couleurs, dessins,...) pour une meilleure mémorisation
- insérer les éléments du cours du jour sur une carte partant sur le chapitre en cours d'apprentissage en classe.
- se définir une démarche pour résoudre un problème.
- ....

A partir de ce livre, vous pouvez créer de nombreuses cartes "méthodes", à adapter certainement en fonction de l'âge de l'élève et du contexte. Je vous invite par exemple à reprendre sous forme de cartes les chapitres II (se donner le désir d'apprendre), IV (Savoir poser et résoudre un problème) et VII (savoir s'organiser). Accrochez les cartes ainsi créées au dessus du bureau de l'élève comme point de repère permanent. Cette méthode, couplée avec les cartes "martyres" citées plus haut permettront de booster la manière d'appréhender les leçons. N'oubliez pas d'associer l'intéressé à cette démarche !

Avec sa centaine de pages, ce livre fournit donc une formidable trousse à outils à structurer selon le besoin de l'élève et son niveau. Si la question de l' "apprentissage de l'apprentissage" se pose aujourd'hui pour vous ou vos enfants, vous ne regretterez pas vos 3€ !