mercredi 6 décembre 2017

101 Astuces pour mieux penser (Xavier Delengaigne)

Auteur (à succès !) de nombreux ouvrages portant sur le Mind-Mapping et autres outils de "pensée visuelle", Xavier Delengaigne revient cette fois-ci avec un ouvrage un peu hors norme, tant sur le sujet que sur sa structure. Il se compose en effet de 101 "fiches" de 1 à 5 pages proposant des exercices et classées par thème : développer le potentiel de votre cerveau, développer vos sens, développer vos différentes formes d'intelligence, développer votre mémoire,...
"101 astuces pour mieux penser" n'est donc pas nécessairement un livre à lire d'une traite, de manière linéaire. Au contraire, vous pourrez y puiser quelques exercices à mener seul ou en groupe (famille, classe,..).
Résolument pratique, cet ouvrage ne s'attarde pas sur les aspects théoriques des sujets développés, comme on peut malheureusement le constater dans les livres anglo-saxons. Ici, vous irez directement à la pratique. Toutefois, les références bibliographiques vous permettront de creuser les différents sujets abordés.
En résumé, cet ouvrage s'adresse à celles et ceux qui souhaitent un livre direct et simple vers une application concrète de méthodes et exercices portant sur le potentiel de notre cerveau et son développement.


vendredi 14 avril 2017

AutoDraw va peut-être changer votre façon d'utiliser les pictogrammes

Les pictogrammes (ou icônes, dessins,...) sont des éléments importants dans une Carte Heuristique. Ils permettre de mettre en valeur les informations et accentuer les messages à diffuser. Même s'il est vivement déconseillé d'en abuser (comme tout !), des pictogrammes soigneusement sélectionnés et positionnés rendront votre carte attractive et plus facilement compréhensible. Toutefois, l'utilisateur d'un logiciel de Mind-Mapping, quel qu'il soit, peut souvent être confronté à quelques limites :
- les bibliothèques de pictogrammes fournies avec le logiciel ne proposent pas LE pictogramme que je souhaite ! Des choses s'en approchent, mais elles ne correspondent pas exactement à l'idée que j'avais en tête.
- il existe des bibliothèques de pictogrammes (du type icones.pro), mais la recherche est fastidieuse
- j'ai bien trouvé des icônes, mais leurs design respectifs étant tellement différents les uns des autres que je perds toute l'harmonie de ma carte et compromet le message :





- Certains pictogrammes sont devenus tellement courants qu'ils ne suscitent plus aucun intérêt (voire un rejet systématique, à l'instar de la police de caractères Comic Sans MS !) :

Donc la problématique est : comment choisir des pictogrammes originaux (qui sortent de l'ordinaire), harmonieux (qui vont bien ensemble) et impactants (bien en phase avec le message à faire passer) ?
La réponse se trouve (peut-être !) dans la proposition d'AutoDraw.

Qu'est-ce qu'AutoDraw ?

AutoDraw est une application gratuite et en-ligne proposée par Google. Derrière son interface simplissime se cache en fait un moteur très performant basé sur sur une système d'Intelligence Artificielle. Plus on l'utilise, plus AutoDraw "apprend" et plus il est capable de vous proposer de réponses à vos recherches.

Voilà comment ça marche !

L'interface est, je l'indiquai plus haut, simplissime :



Une feuille blanche et des boutons placés sur la gauche. La fonction qui nous intéresse est celle-ci :




Vous pouvez alors dessiner sans crainte, à l'aide de la souris, du stylet voire même du doigt :





Automatiquement, Autodraw vous proposera une série de dessins qui, selon lui, correspond à ce que vous avez produit. Attention : c'est le moment vexatoire de l'expérience. En haut de l'écran, derrière un "do you mean :" un peu condescendant, il faut rechercher effectivement un éléphant (oui, c'est un éléphant !) dans le ruban....à la trentième position ! Un clic dessus et ce bel éléphant remplacera avantageusement l'autre dessin :



Vous pouvez ensuite personnaliser le résultat en modifiant les couleurs, la position, ajouter des éléments géométriques,....et enfin exporter au format .png pour une utilisation dans votre carte.







samedi 25 février 2017

Carte Blanche à SlidePro


Si vous suivez régulièrement ce blog (même si ces derniers temps les publications se sont plutôt rares 😒 !), vous aurez souvent remarqué le parallèle fait entre la démarche pour la construction d'une présentation efficace et celle du Mind-Mapping : mots-clés, images, couleurs,...tels sont les ingrédients communs. D'ailleurs, de plus en plus de logiciels de Mind-Mapping permettent de construire des présentations au travers de clichés partiels d'une carte. C'est le cas de Mindomo,  Mindmeister ou, plus récemment, Xmind.
De nombreux auteurs se sont penchés sur le sujet en présentant et développant des techniques efficaces de présentation, comme Garr Reynolds et sa philosophie "Présentation Zen" ou Nancy Duarte qui n'oublie pas non plus l'aspect comportemental du "présentateur" qui ne doit pas se limiter au rôle de "projectionniste".
C'est dans ce cadre qu'intervient SlidePro basée à Paris. Elle se présente comme une "agence PowerPoint" et est composée d'une dizaine de personnes aux profils multiples : designers, scénaristes, coach, chef de projet,...). Je leur ai laissé carte blanche pour ce billet. Ne manquez pas l'infographie en fin de billet, à la fois simple et très complète.

3 actions simples pour améliorer votre prise de parole en public

Vous vous préparez pour une prise de parole en public ? Si vous l’avez déjà fait auparavant, alors vous devez savoir que cela n’est pas du tout simple. Affronter les yeux d’un grand nombre de personnes tout en exprimant ses idées ou son message requiert en effet une certaine maîtrise de soi ainsi que des compétences assez particulières. Bien évidemment, tout ceci n’est pas inné et des qualités de ce genre, bon nombre d’entre nous n’en disposent pas. C’est la raison pour laquelle la prise de parole en public doit être apprise et cultivée, surtout pour tous ceux qui sont appelés à diriger une entreprise et qui sont obligés de défendre et promouvoir sa marque par la parole. Dans cette rubrique, nous vous proposons 3 actions simples à réaliser pour vous aider à améliorer votre prise de parole en public.

Connaître et maîtriser son sujet

Comment peut-on parler clairement en public si l’on ne sait même pas de quoi l’on parle ? C’est tout simplement impossible ou à la limite ridicule ! Avant votre prise de parole en public, vous devez avant tout vous assurer que vous maîtrisez bien votre sujet. Vous devez l’avoir déjà lu, appris et surtout compris. Cela est surtout indispensable si vous n’êtes pas propriétaire de l’idée que vous allez présenter, mais que vous êtes juste chargé de le faire. En maîtrisant votre sujet, vous aurez la possibilité de mieux vous exprimer et le risque que vous vous plantiez au milieu du discours est moindre. Mieux encore, le public sera plus enclin à vous accorder sa confiance et le message que vous essayez de faire passer sera très bien transmis. Pour que tout cela soit possible, il va de soi que vous êtes très bien préparé avant la prise de parole.

Animer son discours

Lors d’une prise de parole en public, on utilise bien entendu notre bouche pour faire sortir tous les mots qu’il faut. Toutefois, le discours ne devrait pas se centrer ni se limiter à cela ! Il est aussi important de s’exprimer par son corps, ses gestes, ses mimiques, ses comportements, etc. Cela apportera plus d’animations au discours et permettra au public de mieux suivre et comprendre les messages que vous essayez de lui transmettre. Grâce à votre langage corporel et en montrant votre enthousiasme, votre discours paraîtra en effet plus vivant et vos auditeurs auront plus de facilité à l’appréhender. D’ailleurs, si votre objectif et de les pousser à passer à l’action, un discours animé sera encore plus efficace et vous sera par conséquent d’une très grande aide.

S’exprimer en s’amusant

L’une des plus grandes difficultés lors d’une prise de parole en public est de surpasser le trac. Effectivement, cette peur est omniprésente et il est parfois difficile de s’en passer quand on est face à un grand nombre de personnes qui nous sont la plupart du temps inconnues. Toutefois, il est tout à fait possible de le dissiper et de se montrer ainsi plus à l’aise face à son public. Ce qu’il faut faire pour cela, c’est tout simplement de s’habituer à s’exprimer tout en s’amusant. Il est par exemple possible de se détacher un peu du sérieux et de faire quelques blagues avant, pendant ou après le discours. Cela permettra de détendre un peu l’atmosphère, de mettre tout le monde à l’aise et d’inciter le public à se concentrer encore plus sur ce que vous dites. Bien évidemment, cela ne viendra pas du premier coup ! Cette qualité doit être cultivée et il est donc essentiel de s’exercer de temps en temps.

Améliorer votre prise de parole en public avec SlidePro.fr


Vous aimeriez améliorer votre prise de parole en public ? L’agence PowerPoint SlidePro.fr est en mesure de vous aider ! Spécialisée dans l’art de la présentation, l’organisation des informations et la diffusion claire de votre message, notre équipe de jeunes créatifs passionnés peut en effet vous apporter tous les conseils et assistances nécessaires pour vous aider à vous améliorer dans votre prise de parole en public.



mardi 11 octobre 2016

Droptask 2 : le grand retour du gestionnaire de tâches visuel

Il y a quelques années, Think Productivity, société galloise, jetait un pavé dans la mare en proposant un applicatif en-ligne permettant de gérer, de manière très complète, ses propres tâches : Droptask. Les items visuels étaient omniprésents et minutieusement pensés. Aujourd'hui, Think Productivity, à qui l'on doit également iMindMap, propose une version plus évoluée et plus complète. Cette évolution a-t-elle nuit à la prise en main quasi instinctive de la première mouture ? C'est ce que je vous propose de voir dans ce test.

L'idée de représenter les informations sous forme de petite "bulles" plus ou moins connectées n'est pas nouvelle. Je me souviens de GoalEnforcer ou, plus récents, Mindly ou Mohiomap (oui, je sais, il y en a d'autres !). Chacun de ces logiciels est adapté pour un domaine particulier. Droptask est consacré à la gestion des tâches, permettant même de gérer de petits projets, de manière très "visual thinking". Bien qu'il ne soit pas encore traduit en Français, son ergonomie est suffisamment bien pensée pour vous en dispenser. Multiplateforme, ce logiciel est disponible en-ligne, sur poste (Windows ou Mac) et sur Smartphone. D'ailleurs, un billet spécifique sur la version Smartphone sera rédigé ultérieurement. Droptask est donc très connecté et ouvert si on tient compte de ses fonctions collaboratives (j'y reviendrai plus tard)

L'interface et les premiers pas

Comme tous les logiciels destinés à représenter des informations de manière visuelle, l'espace de travail prend l'essentiel de l'espace

Pour créer une tâche, il suffit de glisser puis déposer une "goutte" (traduction de "Drop" !) située en haut à gauche vers l'espace de travail puis de la nommer. Vous pouvez faire de même avec la "goutte" "category". Une catégorie est un ensemble de tâches de même nature qu'il vous appartient de définir : Pierre, Paul, Jacques ou Logistique, Marketing, Commercial,....


Une tâche peut-être déplacée, par glisser-déposer, dans toute les catégories présentes sur le plan de travail :


"partir des idées pour les structurer" prend alors tout son sens. Vous pouvez "balancer" toutes les tâches sur le plan de travail puis de les structurer de manière logique pour bâtir un véritable projet.

Voici un exemple bien réel, créé en quelques minutes de réflexion collective :


Vous remarquerez qu'il est possible de créer plusieurs niveau de catégories. De plus, il est possible d'ajouter des liens de subordination d'une tâche par rapport à une autre, bien qu'il n'y ait aucun contrôle de cohérence par la suite. Il est possible de zoomer en cliquant dans une catégorie particulière ou sur une tâche. Vous avez obtenez alors une vision globale ou précise selon vos besoins du moment...comme en Mind-Mapping !
Bien entendu, chacune des "gouttes" peut se voir affecter des propriétés accessibles en cliquant dessus.


Progression : ce traduira par un trajet plus ou moins important sur le périmètre de la "goutte"
Importance : un drapeau de couleur différence selon le niveau est ajouté
Urgence : idem, mais c'est un éclair qui apparaitra (et hop ! une matrice d'Eisenhower revisitée !)
Effort : notion importante et souvent ignorée dans les gestionnaire de tâches classiques. Cela se traduira par une taille de goutte proportionnelle à l'effort renseigné.
Affectation : qui, parmi les membres du projet, a ou ont la charge de cette tâche
Dates : début et/ou fin
Activité, permettant d'assurer la traçabilité des modifications de cette tâche.
Voici donc, côte à côte, deux gouttes : l'une, brute, sans élément ajouté et l'autre revêtant toutes les propriétés citées précédemment :




D'autres éléments complémentaires peuvent être ajoutés à chacune des tâches comme des notes, des rappels (utiles si Droptask est également installé sur votre smartphone), des tags, checklist,....

Un filtrage plus abouti



une évolution majeure de cette version Droptask est sa fonction de tri enrichie. Il est en effet désormais possible de sélectionner dans le filtre à peu près tout les éléments présents à l'écran (test, niveau d'urgence, d'importance, tags,...) et de les combiner entre eux, toujours de manière visuelle. Ce bandeau, présent en bas de l'écran vous permettra de visualiser les tâches urgentes non démarrées, les tâches peu importantes confiées à Jean,...Une vraie réussite ! Les catégories restent visibles pour un meilleure repérage.


4 écrans de visualisation


Outre le mode "canvas" présenté précédemment, Droptask propose un mode "Worlflow". Les tâches sont toujours réprésentées sous forme de "gouttes", les catégories sont conservées ainsi que propriétés qui leur sont rattachées, mais dans le mode "workflow" elles sont rangées par catégorie de manière assez classique.


Si cette représentation rassurera les plus réfractaires au mode par défaut, on perd la vue générale  dans tâches à traiter.
le mode "list" présente quant à lui les tâches, non pas regroupées par catégorie mais par degré d'urgence et sous forme de liste



Enfin, la vue "completed" vous permet de visualiser les actions terminées dans un calendrier horizontal, le jour le plus récent étant à gauche de l'écran. Ainsi, une tâche terminée disparaît des vue "canvas" et "workflow" pour réapparaître dans la vue "completed". C'est parfait lorsqu'on utilise Droptask comme simple gestionnaire de tâches, mais il peut être intéressant (voire indispensable) de garder visible ces tâches terminées. Ceci aurait pu être géré par le gestionnaire de filtres présenté précédemment. Mais je crois que ce petit manque est sur le point d'être pris en compte...

Partage sur le Web : au top !

comme tout bon logiciel en-ligne qui se respecte, Droptask communique sur d'autres plateformes que la sienne. 

Je n'ai pas tout testé, mais sachez par exemple que chaque projet Droptask créera automatiquement un nouvel agenda dans Google Agenda si vous le souhaitez, faisant ainsi apparaître les tâches dans votre emploi du temps Google. De même en adressant un mail à l'adresse task@droptask.com, une nouvelle tâche sera créée, avec pour objet le sujet du message (et dans la mesure, bien entendu, que l'adresse mail utilisée corresponde à celle connue de Droptask). Il vous sera également possible de lier une tâche à un fichier enregistré sur Google drive ou Dropbox. Bref, vous l'aurez compris, Droptask offre sur ce point un panel de fonctionnalités très intéressantes et productives.
Bien entendu, la grande force de Droptask reste le travail collaboratif. Pour travailler à plusieurs sur un même projet, il suffit d'inviter d'autres utilisateurs. Selon les droits que vous leur attribuerez, ils pourront créer des tâches, administrer le projet ou tout simplement voir la situation. A l'instar de logiciel tels que Mindomo ou MindMeister (dans le registre Mind-Mapping) ou tout simplement les outils bureautiques en-ligne, toutes les modifications effectuées sont mises à jour en temps réel et immédiatement visibles de tous les acteurs du projet.

Conclusion

Droptask continue sur sa lancée de gestionnaire de tâches, et même de projets, tout à fait hors normes. L'ergonomie est une vraie réussite. Il faut très peu de temps pour s'habituer au système de "gouttes" et son mode de visualisation générale du projet ou focus sur une une portion est très proche de la philosophie Mind-Mapping. Le système de filtres combinables est intelligemment pensé et permet d'envisager beaucoup de scenarii différent. La version gratuite et largement suffisante pour une utilisation personnelle. Pour avoir accès aux fonctionnalités de la version Business, il vous en coûtera environ 7€ par mois. Gros point noir aujourd'hui : Droptask n'est malheureusement pas encore traduit en Français. Mais nul besoin d'être un anglophone averti pour pouvoir l'utiliser.


mercredi 28 septembre 2016

Mémoriser sans peine de X. Delengaigne - 2e édition


Pour la plupart d'entre nous, les vacances d'été ne sont plus qu'un vague souvenir...avec la rentrée, notamment scolaire, se pose la question de l'organisation des élèves et étudiants autour de leur travail. aller en cours est une chose, mais s'organiser pour apprendre au mieux ces cours en est une autre. Mais la nécessité de mémoriser ne se limite pas aux écoliers et étudiants. Au quotidien, au bureau, se souvenir que tel sujet a été abordé lors d'une réunion précédente peut faire gagner beaucoup de temps. Se souvenir que les phases B et D d'une procédure requièrent une vigilance particulière peut limiter les accidents de travail,...


La deuxième édition de "Mémoriser sans peine" de Xavier Delengaigne (InterEditions) arrive donc au bon moment.
Face au succès de la première édition, l'éditeur et l'auteur ont décidé d'actualiser le contenu en ajoutant quelques éléments, comme la mémorisation à partir d'une carte heuristique.

Globalement, ce livre est scindé en deux parties équilibrées. La première est consacrée au fonctionnement de la mémoire et, en premier lieu bien entendu, à celui du cerveau. Comment fonctionne la mémoire et comment appréhender l'information pour optimiser les chances de la mémoriser sont les éléments clés de cette première partie. Dans un style très accessible, les différents types de mémoire sont abordés tous comme les principes de base favorisant la mémoire : la visualisation, l'association, les émotions, la compréhension,...

Tout naturellement, sur la base de ces éléments, les outils visuels Croque Note (ou Croquinote ou SketchNoting) et le Mind-Mapping sont alors présentés dans la seconde partie et décrits avec un objectif : comment les exploiter pour optimiser la mémorisation des informations ? Ces outils combinent l'ensemble des éléments permettant d'améliorer considérablement notre capacité de mémorisation : synthèse, structure, relation, association (couleur, mot, dessin,...). Ce sont des outils "cerveau-total' donc adaptés dans ce domaine. Mais avant cela, le fait de créer une carte, de générer des idées extraites de votre cerveau ou d'un texte et de les organiser entre elles selon une structure qui vous appartient, c'est déjà commencer à mémoriser !

Ce livre est donc une mine d'informations mais aussi d'exercices qui vous permettront de vous lancer dans l'utilisation, entre autres, du Mind-Mapping pour mémoriser les informations dont vous avez besoin au quotidien. Mais il n'est pas une fin en soit, simplement un début qui a le mérite de vous mettre sur la voie. Ensuite, comme l'indique Xavier Delengaigne lui-même : "pratiquez, pratiquez, pratiquez !"