jeudi 25 septembre 2014

Freeplane 1.3 stable : le premier test

Durant la saison estivale, j'ai choisi de suspendre une grosse partie de mon activité en-ligne, y compris pour la rédaction de billets de ce blog. Ce n'est donc pas une information d'une fraîcheur extrême que je vous livre ici : Freeplane 1.3 est enfin disponible en version stable. Si la première mouture était déjà téléchargeable en Juin, il a fallu attendre mi-Août pour une version pleinement fonctionnelle. Entre temps, quelques soucis liés visiblement à Java ne permettaient pas de le faire fonctionner correctement. Mais ce problème semble aujourd'hui totalement résolu.

Outre un "Splash Screen" qui ferait même bondir les agences de communication les moins en vogue, quelques fonctionnalités notables font leur apparition. Je n'aborderai ici que celles à la portée de tout utilisateur de Freeplane. En effet, beaucoup d'efforts ont été visiblement concentrés sur le "moteur" de Freeplane.

OpenMaps : Freeplane peut le faire !

Tout comme Freemind, il est désormais possible d'ajouter dans les cartes Freeplane des cartes OpenMaps gérées par les actions sur les noeuds, à condition, bien entendu, d'être connecté. Mais la comparaison avec Freemind s'arrête là. En effet, la gestion des cartes OpenMaps est radicalement différente avec Freeplane.
voici un petit tutoriel rapide (oui, c'est très simple). Voici une carte (Freeplane) qui place les forces en présence lors de la venue des agriculteurs FDSEA et autres groupuscules à Landerneau le 24 Septembre.


Une telle carte pourrait être valorisée en plaçant les lieux sur OpenMaps. Il faut croire que tout le monde ne connaît pas Landerneau !
Tout d'abord, sélectionnez le noeud sur lequel vous souhaitez ajouter une carte OpenMaps puis dans le menu Edition/Noeud avancé, sélectionnez Ajouter un emplacement OpenMaps.


Vous devrez tout d'abord repérer manuellement l'endroit puis double-cliquer sur la carte OpenMaps. un rond jaune sera affiché et une icône représentant notre planète apparaîtra :


Opérez de la même manière pour l'ensemble des noeuds. 

Pour accéder à la carte, sélectionnez simplement le noeud et utilisez la combinaison Control+F9



Si l'utilisation de cette fonctionnalité reste globalement simple, on peut peut-être regretter que toutes les références OpenMaps d'une carte Freeplane ne puissent pas être visibles sur une seule et même carte. De même, pouvoir personnaliser la couleur des points (pour utiliser la même que celle du noeud référence par exemple) aurait été intéressant. Il n'est pas possible d'avoir une vue géographique d'ensemble des noeuds concernés.

Gestion multicarte
Jusqu'à la version 1.2, ouvrir plusieurs cartes générait des onglets dans la partie inférieur de Freeplane. Désormais, ces onglets sont situés juste sous les barres de boutons


Mais cette évolution n'est pas seulement esthétique. En effet, en cliquant sur la petite flèche située à droite de "Carte2" (l'onglet en bleu sur l'exemple), vous pourrez "détacher" cette carte de l'interface générale


le système est intelligemment conçu, puisque même si vous sélectionnez un élément de la carte située en arrière plan, la carte "détachée" reste toujours visible. Cela permet de travailler sur deux supports simultanément. Un carte "Ressources" pourraient être affichée pour y piocher une partie des éléments constituant une nouvelle carte. En effet le Copier/Coller fonctionne...mais pas le glisser déplacer. Dommage.



Les habitués de la première heure constateront que les évolutions entre la version 1.2 et 1.3 ne sont pas forcément révolutionnaires, même si elles restent intéressantes. Je n'ai pas abordé ici quelques fonctions pourtant intéressantes (choix de résolution en cas d'exportation d'une carte en format JPG ou PNG, accès aux filtres utilisateurs via le menu, nouvelle gestion LaTeX,...). A noter que de nouveaux Add-Ons sont désormais disponibles dont le très prometteur Roan qui fera l'objet d'un billet à part entière.

mercredi 11 juin 2014

Freemind 1.0.1 - Une nouvelle jeunesse pour le père des logiciels libres de Mind-Mapping : exploiter OpenStreetMap

Déjà présente dans les versions Beta de Freemind 1.0, la gestion des cartes OpenStreetMap ouvre de nouvelles perspectives à Freemind.
Voici un petit tour d'horizon de la cohabitation Carte Mentale / Carte Géographique.

Pour ouvrir la fenêtre OpenStreetMap, activez l'option Show Map du menu Outils. Petit détail : toutes les options sont encore en Anglais...quelques traducteurs anglophiles sont les bienvenus pour effectuer la traduction ;-) !
 A partir de là, les interactions entre les deux cartes sont multiples.

Dans la zone Search Location, saisissez  la commune à trouver puis sélectionnez-là dans la liste par un double-clic.


Un nouveau double-clic gauche vous permettra ensuite de saisir du texte dans une étiquette. En validant par la touche Entrée, vous validerez à la fois l'étiquette et un nouveau noeud.



Opérez de la même manière tout en conservant, sur la carte Freemind une structure cohérente de relations entre les noeuds :

L'opération dans le sens inverse fonctionne également.
A partir d'un noeud Freemind préalablement sélectionné cliquez sur la carte OpenStreetMap et sélectionnez l'option Place selected Node du menu Actions.


Pour exploiter la carte Freemind, vous n'aurez pas besoin d'ouvrir constamment la fenêtre OpenStreetMap. Un simple passage de la souris sur le noeud affichera la portion de carte correspondante sous forme de menu pop-up.


Notez également que différents types de cartes sont visibles, selon vos besoins, comme la carte des transports (Transport Map du menu View) au résultat très convaincant.


Mais comment ça marche ?
En regardant de plus près le fichier .mm de la carte Freemind, les points créés sont tout simplement enregistrés sous forme de coordonnées géographiques :


 Ce système reste donc très simple d'utilisation et les finalités multiples : noter ses points de passage lors d'une randonnée, préparer la visite d'une ville, annoter des informations administratives, culturelles,... tout en gardant un système de lecture synthétique sous forme de carte Freemind.

lundi 2 juin 2014

Sondage SourceForge : Votez Freeplane !!

Si vous utilisez aujourd'hui Freeplane et que vous l'avez téléchargé sur le site officiel, vous êtes nécessairement passé sur le site SourceForge. Petite parenthèse à ce propos : évitez les plateformes "passe-plats" (Softonic and Co). Les versions proposées peuvent remonter à plusieurs années en arrière, ce qui n'a aucun intérêt et est même mensonger. 
Bref, revenons à nos moutons. En deux mots, SourceForge est l'une des plateformes les plus populaires concernant le recensement et le développement de projets de logiciels libres. Sourceforge permet à tous de travailler collaborativement sur un même projet, de manière structurée. Pour chaque projet, on y trouve les codes sources, des Wiki, des statistiques de téléchargement, toutes les versions, la traçabilité des actions,...

Tout les mois, Sourceforge sélectionne des applications qu'il héberge et propose aux internautes de voter pour celle qu'il préfère. Concernant le mois de Juin 2014, Freeplane a été sélectionné parmi 9 logiciels. Je vous invite donc à voter pour Freeplane : ça ne coûte rien et cela permet de reconnaitre le savoir-faire des développeurs de ce projet.

Vous n'avez rien à gagner, si ce n'est la reconnaissance des contributeurs ! Par contre, le logiciel le plus plébiscité sera affiché en page d'accueil de SourceForge pendant 1 mois et une interview de l'équipe de développement...de quoi en savoir un peu plus sur les coulisses de Freeplane !

Deux situations peuvent se présenter :

- vous n'avez pas de compte SourceForge

Vous devrez en créer un en cliquant sur ce lien. Pour votre info, il n'y a pas de risque de plomber votre boite mail de spams en tout genre. En plus de voter pour Freeplane, vous pourrez parcourir l'ensemble du catalogue de logiciels libres proposés.

- vous possédez un compte SourceForge

Connectez-vous et rendez-vous sur CETTE PAGE. En bas de la première page, tapez dans la fenêtre "VOTE: freeplane" (évidemment !) puis cliquez sur le bouton "POST"....et c'est tout !!

Attention : vous avez seulement jusqu'au 09 Juin pour voter. Faites-le maintenant, sinon vous risquez d'oublier...et surtout, que cela ne vous empêche pas de vous intéresser aux 8 autres candidats


vendredi 30 mai 2014

Freemind 1.0.1 - Une nouvelle jeunesse pour le père des logiciels libres de Mind-Mapping : le clonage de noeud

D'abord disponible dans une version modifiée de Freemind, la fonctionnalité permettant de cloner un noeud est désormais intégrée dans la version officielle.
Le clonage de noeud fonctionne comme un copier/coller qui serait toujours actif. Une modification du contenu du noeud est directement répercutée sur le clone. Le clonage peut d'ailleurs être multidirectionnel : toute modification manuelle de l'un des noeuds est alors répercutée sur l'ensemble des autres noeuds.


Les fans de Star Wars ne seront pas insensibles au choix de l'icône permettant d'identifier les noeuds clones.



 Le clonage est complet. Il agit en effet sur le texte du noeud, mais également sur la mise en forme : choix de la police de caractères, des couleurs, des formes des branches,...Toute série de noeuds enfants ajoutée au noeud source sera également reprise par les clones.

Reste à déterminer l'utilité d'une telle fonctionnalité. Si elle parait bien mince pour une petite carte, les clones peuvent être une bonne solution pour afficher sur un endroit bien visible d'une grande carte des éléments essentiels des autres branches par exemple. Une sorte de synthèse de la carte, constituée en temps réelle.

La mise en oeuvre est enfantine. Copiez tout d'abord le noeud à cloner puis sélectionnez la fonction Paste as clone du menu Edition.
Il est enfin possible de "décloner" un noeud en sélectionnant Deactivate Clone du même menu après avoir sélectionné le noeud en question.




jeudi 29 mai 2014

Freemind 1.0.1 - Une nouvelle jeunesse pour le père des logiciels libres de Mind-Mapping : le mode collaboratif

14 ans après une première version 0.0.2 (550 Ko tout mouillé, toujours disponible en téléchargement ICI), Freemind est désormais disponible dans sa mouture 1.0.1. L'équipe de développement travaille sur cette version depuis 3 ans. Même si quelques éléments restent à traduire, Freemind 1.0.1 est totalement stable et opérationnel.
Comparé à Freeplane, l'interface de Freemind reste très simple. A ce titre Freemind sera plus destiné aux néophytes que son cousin. Les fonctions de base, ô combien essentielles en Mind-Mapping (mise en forme, choix des couleurs, modifications des polices,...) n'ont pratiquement pas évolué. Alors que Freeplane permet de gérer très finement ces aspects (mise en forme conditionnelle,...), Freemind a opéré un choix plus basique.
Les énormes avancées concernent essentiellement des fonctionnalités tout à fait originales, tous logiciels de Mind-Mapping confondus. Je vous propose une petite série de billets consacrés à ces nouveautés avec, parfois, un renvoi vers des textes plus étoffés.

Le Mode collaboratif

Les logiciels libres de Mind-Mapping collaboratifs sont très rares. Aujourd'hui, le projet argentin Wisemapping fait figure d'exception. Désormais, Freemind devient également collaboratif temps réel. Prévu avant tout pour un fonctionnement en réseau local, la particularité du système est de placer l'un des PC comme serveur sur le réseau. La mise en place d'un serveur dédié devient donc inutile. Les clients n'auront donc besoin que de l'adresse IP du PC Serveur et du mot de passe pour accéder à la carte partagée. Une certaine discipline doit être instaurée. En effet, le PC Serveur doit être allumé et la carte disponible et ouverte. Ensuite, si les modifications apportées par les participants sont visibles immédiatement (ou plutôt dès que le contenu d'un noeud est validé), une seule machine doit enregistrer la carte finale pour être certains de ne disposer que d'une version de carte. En effet, les machines "clientes" peuvent également enregistrer la carte, mais ce ne sera que local. Il existe donc un risque de voir circuler plusieurs versions d'une même carte.
Ce risque bien mesuré, le système est d'une souplesse extrême.
En Mai 2011, j'avais écrit un billet sur la possibilité d'exploiter ce système non plus sur un réseau local, mais directement via Internet. J'ai depuis changé de fournisseur d'accès et la politique de DynDNS ayant évolué, je n'ai pas réitéré le test. Mais cette possibilité reste d'actualité, ce qui permet, bien évidemment, d'étendre le champ d'application du partage.
Pour exploiter le partage de carte, vous devez sélectionner Share Map dans le menu Outils pour le poste Serveur et en renseignant un mot de passe. Le port d'accès par défaut est le 9001, qui a fonctionné parfaitement pour moi :


Les postes Clients devront quant à eux choisir Join Map du même menu en complétant les zones Password, Host avec l'adresse ip du poste serveur et le port  :



Notez enfin qu'il est possible de paramétrer un proxy dans les Propriétés de Freemind (menu Outils) pour ceux qui en auraient besoin.