mardi 21 avril 2009

Exporter les cartes Freemind : tour d'horizon des possibilités


Régulièrement, je reçois des mails concernant les formats d'exportation inclus dans Freemind : à quoi servent-ils ? comment les utiliser ? etc...
Ces questions sont légitimes, dans la mesure où Freemind n'est pas nécessairement utilisé par tout le monde, et en particulier par le public visé. J'ai pu déjà écrire quelques lignes sur le sujet. Voici donc un petit tour d'horizon des modèles ou formats d'exportation inclus dans Freemind et accessibles à partir du menu Fichier/Exporter. Vous pourrez consulter ou télécharger les résultats en cliquant sur les liens. Pour cet exemple, j'ai utilisé la désormais classique carte "nettoyage maison".

-1- HTML. Freemind construit à partir de la carte une liste hierarchisée des données. En l'état, ce format présente peu d'intérêt (en dehors de poids plume du fichier généré). Par contre le fichier HTML peut aisément être intégré dans un script plus dense.
-2- XHTML. On commence à entrer dans un niveau de structure et de navigation développé, sans pour autant conserver le format de carte de Freemind. Les icônes sont conservées En passant la souris sur les items vous constaterez que les champs sont dynamiques (ouverture/fermeture de l'arborescence,...). De la même manière, les attributs apparaissent lorsqu'on effleure les items, ce qui permet d'accéder à leur contenu sans qu'ils surchargent l'écran de manière systématique : un véritable réussite.
-3- XHTML Image cliquable. Ce mode s'apparente au mode précédent, mais l'image de la carte s'affiche dans la partie supérieure de la page. Cliquer sur l'une des branches nous ramène directement aux informations sous forme de liste. Cette liste est elle-même dynamique, puisqu'il suffit de cliquer sur les '-' ou '+' pour fermer ou ouvrir le contenu d'une branche.
-4- Applet JAVA. J'ai pu déjà présenté ce format d'exportation. A mon sens, il s'agit du meilleur mode d'exportation pour une utilisation sur navigateur internet : on utilise Freemind sans le savoir !!
-5- Flash. C'est le mode d'exportation sur navigateur le plus souvent rencontré sur "la toile" dès qu'il s'agit de parler de Freemind. Ceci se comprend aisément : simplicité de mise en oeuvre et possibilité, même limitée, de personnaliser la carte par l'utilisateur ont contribué à ce succès. A noter qu'à l'origine, il fallait entrer dans le "code" de la page html générée par Freemind pour que le tout fonctionne. Aujourd'hui, Freemind s'occupe de tout. Il convient seulement de lui indiquer l'endroit où on souhaite voir les fichiers créés et le tour est joué.
-6- Document Open Office Writer. Comme pour le format HTML, ce format est totalement brut et le fichier de sortie doit être retravailler pour être présentable. Il permet simplement (et c'est déjà bien) d'éviter de tout retaper dans le traitement de texte les informations saisie dans Freemind.
-7- Format PNG, PDF, JPG : on ne les présente plus, le PDF étant assurément le mode d'exportation "statique" le plus commun.
-8- Format SVG : sans doute le moins connu et pourtant le plus intéressant des modes d'exportations graphique : le format SVG est un format graphique vectoriel. Cela signifie que vous pourrez imprimer vos immenses cartes sur des panneaux de 25x10 mètres sans perte de qualité (sauf si vous avez intégré des images ou icônes). A tester donc, avec, par exemple, le logiciel OpenSource InkScape.
-9- en utilisant une XSLT. Les XSLT sont des scripts permettant de synthétiser les informations d'une carte dans un format compréhensibles dans un autre programme. Il en existe, par exemple pour MS Project. En théorie, cela permet d'exporter les cartes Freemind vers tous les programmes possibles et imaginables...mais leur programmation nécessite des bases informatiques certaines.

6 commentaires:

Michel a dit…

Bonjour Franck,
Merci pour l'exhaustivité de cette liste de formats d'exportation. Cela me conduit à la remarque suivante : il est dommage que l'on ne puisse pas bénéficier d'un double mode de travail en employant Freemind : le mode "map" (le mode courant, graphique) et le mode "plan" (ou "outliner") qui permet de travailler rapidement en mode texte (à la manière d'un sommaire) pour visualiser ensuite le résultat sous la forme d'une carte ; on y gagnerait plus d'efficience et de productivité en se concentrant d'abord sur le contenu avant d'améliorer le rendu graphique. L'efficacité de cette fonctionnalité reposerait en effet sur le WYSIWYM (what you see is what you mean) en faisant passer au premier plan le contenu (hiérarchisé) devant les aspects visuels des fichiers élaborés avec le logiciel. Mais c'est sans doute beaucoup demander à des programmateurs bénévoles qui ont déjà réalisé un bel outil.
Amicalement,
Michel

samos29 a dit…

Bonjour michel,
il existe pourtant un moyen très simple pour répondre à ce besoin (tu travailles sous Linux je crois, mais ça devrait fonctionner). Dans un éditeur de texte, tu définis ton plan, en utilisant la touche TAB pour définir les sous branches. Ensuite, il suffit de copier le contenu du fichier et de faire un coller à l'endroit désiré dans ta carte...Mon explication n'est pas claire ? je vais écrire un petit billet sur le sujet.

Franck.

Olivier a dit…

Très pratique merci !

Franck Maintenay a dit…

Merci Olivier ;)
Dans les prochains jours, je sortirai quelques billets spécifiquement sur l'export Flash. Avec quelques trucs et astuces à connaître, il est possible de personnaliser l'affichage des cartes avec ce format.

A très bientôt donc.

Franck.

marjo a dit…

Bonjour,
Cette publication date peut être trop pour que je puisse avoir une réponse mais sait on jamais: lorsque j'exporte ma carte en PDF, elle n'est pas centrée...
Comment puis-je régler ce problème svp (pour éviter d'avoir un espace énorme blanc et non utilisé)?

D'avance merci.

franck maintenay a dit…

Bonjour Marjo,
pour une exportation pdf, je vous conseille d'utiliser une imprimante virtuelle pdf, type Pdfcreator. Le résultat sera meilleur. Toutefois, veillez à équilibrer votre carte de manière à ce qu'elle ait des proportions 4/3. Le résultat sera meilleur.