jeudi 22 décembre 2011

fonction de présentation : Popplet s'y met également

Pour continuer sur la lancée des logiciels de Mind-Mapping qui intègrent désormais un module de présentation, je vous présente aujourd'hui celui de Popplet. Il ne s'agit pas d'un logiciel de Mind-Mapping a proprement parlé. Même si sa souplesse permet de créer des cartes heuristiques, ce logiciel en-ligne est plus orienté schémas conceptuels.
Son utilisaiton est extrêmement simple et intuitive. Les documents produits sont peu personnalisables, mais le résultat final est toujours agréable.
Le module de présentation est à l'image du logiciel :simple et limité dans la personnalisation. Ainsi, après avoir créé votre document, vous devrez basculer dans le mode Présentation et affecter des numéros de passage à chacune des bulles. On ne peut donc pas regrouper sur une même diapo plusieurs éléments, comme le propose Mindomo. On ne peut pas non plus re-sélectionner un élement qui a déjà été intégré dans la présentation.
Par contre, la création du diaporama est extrêmement rapide. D'autre part, cela oblige à bien choisir le texte contenu dans chacun des éléments.
Le passage d'une "bulle" à l'autre se fait sous forme de travelling plutôt agréable. La "bulle" prend tout l'espace de l'écran. Pas de risque d'avoir votre texte écrit trop petit pour les auditeurs les plus éloignés de l'écran !

Il reste enfin la possibilité de télécharger la présentation sur votre PC et pour la projeter en mode hors-ligne. Pour cela, il suffit d'installer le petit module Popplet localement. Ce module de présentation, qui ne permet pas de modifier la présentation, fonctionne sous Adobe Air, à installer préalablement.

En conclusion, la démarche de Popplet est toujours la même : offrir un outil simple mais efficace, ingénieux, avec une interface bien pensée, même si on peut parfois se sentir frustré de ne pas avoir de fonctions un peu plus avancées, sans pour autant exiger le niveau de personnalisation proposé par Prezi.


Je profite de ce message pour vous souhaiter d'excellentes fêtes de fin d'année. J'aurai grand plaisir  à vous retrouver dès 2012 pour une année encore très riche dans le domaine du Mind-Mapping en général et sur Freemind et Freeplane en particulier.






mardi 22 novembre 2011

Créer un diaporama avec Mindomo : enfin un produit abouti !

Au moment où j'écrivais mon billet à propos des diaporamas que l'on peut créer avec Freemind ou Freeplane, Mindomo annonce l'intégration, dans son logiciel de mind-mapping en ligne, d'une nouvelle fonction. Il est en effet possible de créer un document destiné à la présentation.
Le principe est extrêmement simple. Après avoir cliqué sur l'icône représentant un écran de projection (en haut et à droite de l'interface), on accède à un menu de conception. il suffit alors de cliquer sur le bouton "+" puis sélectionner par un rectangle zone sur laquelle sera focalisée la présentation. Il peut s'agir d'un noeud seul ou d'un ensemble de noeuds (noeud père et ses fils par exemple). La première diapo est créée ! Cette opération est à réitérer autant de fois que l'on souhaite avoir de diapos. Enfin, l'ordre des diapos peut être modifié si on le souhaite.
Le résultat final est troublant. Il ne s'agit pas d'une simple prise de clichés mis bout à bout. La présentation passe d'une diapo à l'autre de manière fluide et animée. Outre cette fluidité, l'effet d'estompage des lignes voisines permet à la fois de mettre en valeur l'information sélectionnée dans le "rectangle" mais permet également au spectateur de garder ses repères sur la carte. Prezi a inspiré l'équipe de Mindomo, il n'y a aucun doute. Même si le logiciel spécialisé de présentation en-ligne offre plus d'effets personnalisés, la rapidité de mise en oeuvre de ce module Mindomo est exceptionnelle.
Il est enfin possible de créer un MindMap regroupant toutes les informations que l'on souhaite aborder lors d'une présentation et de créer un diaporama digne de ce nom à partir du même document. L'essayer, c'est l'adopter !

dimanche 20 novembre 2011

Créez facilement des diaporamas avec Freemind 1.0.0_07

Rares sont les logiciels de Mind-Mapping qui permettent de créer des diaporamas type Impress ou Power-Point. Freemind intègre bien un module d'exportation vers OpenOffice Writer (le traitement de texte d'OpenOffice) à partir duquel il est possible de créer un diaporama Impress, mais le résultat est plutôt décevant puisqu'il se transforme en une classique  présentation linéaire et finalement bien fade. D'autre méthodes existent, très convaincantes, comme l'utilisation de Sozi, mais il est alors nécessaire de consacrer beaucoup de temps à la création du document.
Une nouvelle fonction d'exportation est apparue, presque de manière inaperçue, dans cette 7e mouture Alpha de Freemind 1.0.0, donc offficiellement instable. elle se trouve dans le menu Fichier/Exporter et se nomme "Branch as Pdf" (ce n'est pas traduit pour le moment). Contrairement à la fonction "exporter en pdf", cette nouvelle option se chargera de n'exporter que la branche en cours de sélection. 
Voici la manoeuvre pour obtenir un diaporama à partir des exportations de branches en Pdf.

- Création des fichiers Pdf
Sélectionnez chacune des branches que vous souhaitez voir apparaitre dans votre diaporama et exécutez l'exportation "Branch as Pdf" au fur et à mesure et autrant de fois que vous souhaitez de diapos. Prenez bien soin de nommer les fichiers .pdf de manière à conserver l'ordre des diapositives. Exemple 1.pdf, 1-1.pdf, 1-2.pdf, 2.pdf,...Bien entendu, les branches "fermées" sur Freemind apparaitront également fermées. C'est aussi l'intérêt de cette fonction !

- Création du diaporama avec PowerPoint
Il vous suffit d'ouvrir votre explorateur d'un côté et PowerPoint de l'autre. Créez quelques diapositives vierges et exécutez autant de glisser/déposer de l'explorateur vers Powerpoint que vous avez de fichiers. Votre diaporama est prêt...même si quelques redimensionnement d'images sont à prévoir.

- Création du diaporama avec Impress
Encore plus fort ! Pour intégrer des fichiers pdf sur des diaporama, procédez de la même manière, par glisser/déposer. Dans un premier temps, vous remarquerez que le résultat affiché semble rogné. Il suffit en fait de double-cliquer sur le contenu (votre branche exportée). Ce contenu est alors intégré dans une fenêtre d'édition qu'il suffit d'agrandir pour voir apparaitre l'ensemble des branches exportées. Plus impressionnant encore, en double cliquant sur les lettres de votre texte ou sur les lignes, vous constaterez qu'il est également possible de modifier les tailles ou les couleurs des éléments : de quoi personnaliser encore plus le résultat final, au prix, bien-sûr, d'un temps plus important de conception.


Comme vous le voyez, la conception d'un  diaporama avec Freemind est désormais possible et très rapidement si on souhaite simplement conserver la mise en forme initiale de la carte sous Freemind. Cette fonction comporte plus d'un atout :
- on n'exporte que les branches qu'on a délibérément choisies et non plus l'ensemble des éléments de la carte.
- le résultat final devient cohérent par rapport au fichier de base (la carte sous Freemind)
- la méthode est rapide

Gagnez du temps à ne plus "traduire" sur votre logiciel de présentation vos élements Freemind !

jeudi 17 novembre 2011

Manuel utilisateur pour Freeplane

Plusieurs visiteurs m'ont fait part de leur désarroi face à l'absence de documentation concernant Freeplane. Or il existe un document de référence. Il s'agit du Syllabus Freeplane 1.1, oeuvre de Kris Bostoen librement téléchargeable. Le lien officiel semble "mort". En voici un autre ICI (version française uniquement).
Ecrit en juin 2010, ce document est encore une référence, même si le logiciel a bien-sûr évolué depuis.

Mise à jour 30 Septembre 2012 : une petite actualisation s'impose. Si ce manuel est toujours d'actualité si vous souhaitez utiliser Freeplane 1.1, il n'est plus adapté pour la nouvelle version 1.2 de Freeplane. Certes de nouvelles fonctions sont apparues, mais la structure des menus a également évolué. Pour cette dernière version, je vous invite à vous tourner vers "Mind-Mapping : transformez vos idées en projet avec Freeplane"

samedi 12 novembre 2011

Organisez vos notes avec le Mind-Mapping



Pierre Mongin, Xavier Delengaigne et Luis Garcia se sont à nouveau associés pour écrire le livre « Organisez vos notes avec la Mind-Mapping ». Parmi les nombreuses applications du Mind-Mapping, la prise de notes est peut-être la plus partagée. La souplesse de la méthode s’y prête en effet parfaitement.

Loin de s’arrêter sur ce constat, les auteurs proposent différentes méthodologies d’exploitation du Mind-Mapping pour optimiser la prise de notes. Tout d’abord, la prise de notes sur support écrit doit être appréhendée différemment des supports « oraux ». Les deux  sources d’informations (écrite et orale) font l’objet de deux partie distinctes. Ensuite, le livre insiste sur la nécessité de préparer la prise de note. En effet, prendre des notes avec une carte déjà orientée permettra de mieux saisir l’information importante du discours ou du texte.
Le livre fait également la part belle à une méthode encore méconnue mais digne d’intérêt dans le domaine de la cartographie de l’information : le sketchnoting, joliment traduit par "croquinote". Les deux dernières parties sont enfin consacrées à la prise de note collective et au classement des prises de notes.

Loin d’être un simple recensement de ce qui peut se faire dans le domaine de la prise de notes avec le Mind-Mapping, ce livre propose des méthodes concrètes agrémentées de nombreux exercices pratiques. Avec ce livre, la prise de notes par le mind-mapping n’aura plus de secret pour vous.

mardi 8 novembre 2011

DATAVISION de David MacCandless édité français

Datavision est un livre surprenant à plus d'un titre. En dehors de l'introduction, ses 230 pages  sont exclusivement constituées de diagrammes, graphiques ou dessins, seuls ou combinés, avec juste ce qu'il faut de légende. David MacCandless part du principe que les chiffres seuls ne sont pas suffisamment intelligibles pour s'en faire une représentation complètes. Le constat est encore plus flagrant quand il s'agit d'effectuer des comparaisons ou des corrélations. L'auteur part ainsi de statistiques en tout genre, issues d'études ou de requêtes Google par exemple et propose la visualisation la plus efficace pour parfaitement s'approprier l'information. Ce livre offre donc une double lecture. Tout d'abord le fond : il s'agit d'informations réelles qui permettent de mieux relativiser certaines informations. Savez vous, par exemple que l'empreinte carbone annuelle d'une grosse voiture type 4x4 est trois fois supérieure à l'éducation et la nourriture d'un enfant de moins de 5 ans ? Si seulement un quart des promesses de dons enregistrées en Allemagne lors du Tsunami de 2004 ont été suivies d'effets, ce taux s'élève à 50% en France et 100%...en Grèce. Toutes ces informations sont visibles d'un simple coup d'oeil. La seconde lecture est justement de pouvoir étudier les différentes façons de présenter ces informations : des images épurées, des courbes simples sans effet 3D sont très souvent les éléments de base les plus efficaces pour pour faire passer un message rapidement. Ce livre est une grande source d'inspiration et un cadeau de fin d'année sympa pour ceux qui s'intéressent à la cartographie de l'information.

dimanche 11 septembre 2011

2 livres électroniques signés Xavier Delengaigne

Deux nouveaux ebook viennent d'enrichir tout récemment la bibliothèque des livres consacrés à la cartographie de l'information en général et au Mind-Mapping en particulier. Ils sont tous les deux signés de Xavier Delengaigne, coauteur entre-autres d' "Organiser votre vie avec le Mind-Mapping", "Boostez votre efficacité avec Freemind, Freeplane et Xmind" ou "Organisez vos données personnelles : l'essentiel du Personal Knowledge Management".

"Apprendre autrement avec les organisateurs graphiques", tel est le titre du premier ouvrage. Si vous ne jurez que par le Mind-Mapping, vous découvrirez dans ce livre très largement illustré que d'autres formes de représentation visuelle de l'information peuvent être autant sinon plus adaptées au  message que vous souhaitez transmettre. Que ce soit à l'aide d'un logiciel (même un tableur !) ou simplement avec le classique papier-crayon, le format le plus pertinent dynamisera votre  communication.

Le second livre sobrement intitulé "Visualisez vos informations" propose au long de sa soixantaine de pages de tester des logiciels dans des contextes bien particuliers : rédiger un cahier des charges avec Freemind, suivre un projet avec Mindomo, écrire des procédures avec Cmaptools,...

Respectivement aux tarifs de 10.00€ et 4.90€ téléchargeables sur le site lulu.com, ces livres vous permettront de vous initier à ces différents sujets sans vous ruiner.

mercredi 24 août 2011

DropMind version 3 : un challenger de taille


Il y a maintenant deux ans sortait la première version de Dropmind. Séduisant sur bien des points, Dropmind, édité par la société macédonienne Seavus, fait désormais partie des troublions du marché des logiciels de Mind-Mapping et se positionne en challenger sérieux de Mind-Manager. Il s’affiche ouvertement comme étant une alternative moins cher que le logiciel de Mindjet.
Récemment passé en version 3, Dropmind s’est très largement amélioré, faisant oublier quelques erreurs de jeunesse…mais pas toutes ! Je vous propose donc un rapide tour du logiciel, sachant qu’une version d’essai est téléchargeable et utilisable 15 jours sur le site officiel.

Tour du propriétaire
Globalement, l’interface est restée la même que dans la version 1.0. Simple et sobre, elle respecte les critères des logiciels au look « MS Office 2007 », avec des menus qui permettent d’accéder à des rubans horizontaux d’icônes. Côté personnalisation de la carte, il est possible de faire à peu près tout : personnalisation totale des couleurs, lignes,… à partir des modèles prédéfinis ou ses propres modèles, ajouter des liens hypertextes, ajouter des icônes ou images, des nœuds flottants,… Sur ce point, Dropmind n’a donc rien à envier aux logiciels commerciaux majeurs.
DropMind intègre également un module de présentation (permettant de générer un fichier Powerpoint ou une suite d’images), aussi simple qu’efficace. Le principe consiste à prendre en « photo » le nœud sélectionné (avec ou sans ses sous-branches) et à les assembler selon votre plan.
Côté Import-Export, rien de nouveau, mais le choix était déjà impressionnant dans la version 1.0 du logiciel : Dropmind est capable d’importer et exporter ses cartes au format Mind-Manager, Xmind, Freemind mais aussi Word, Excel, PowerPoint, Outlook (pour les tâches), PDF, HTML,… Difficile de faire plus complet. A noter que l’exportation en HTML est, elle aussi, aussi simple qu’efficace. Si seule une « image » de la carte est exportée, elle est intégrée dans une page linéaire très bien organisée, avec les branches principales en guise de menu.
L’intégration d’un vrai module de gestion de projets est l’une des grosses nouveautés. Gestion des tâches (avec dates, alertes, ressources,…) est disponible. Un diagramme de Gantt complet ajoute une touche très classique mais sérieuse à ce module.

Dropmind accessible partout, tout le temps.
L’énorme avantage de Dropmind sur la concurrence est son ouverture. La version « desktop » (c'est-à-dire fixe) est disponible sur Windows, Mac et Ubuntu (peut-être compatible avec d’autre distributions Linux…les inconditionnels de l’OS libre pourraient le confirmer). Une version en-ligne est également proposée, avec synchronisation des cartes avec la version desktop. Seavus ne s’arrête pas là : il existe même une version pour Ipad et smartphones. Les trois acteurs majeurs de la téléphonie mobile sont concernés : Iphone, Android et Blackberry. Toutefois, a priori, il est nécessaire d’être connecté au réseau téléphonique pour accéder à ses propres cartes à partir de son téléphone. En résumé, quelle que soit sa configuration, il existe toujours une solution pour exploiter les caractéristiques de Dropmind.

Encore quelques lacunes
Lors du test, j’ai pu constater quelques bugs d’affichage, notamment dans le module de création de présentation…mais rien de bien méchant !
Il reste toutefois une lacune de taille, déjà constatée dans les versions précédentes. La traduction française du logiciel ne semble pas être une priorité pour l’équipe suédoise. A titre d’exemple, le menu « home » a été traduit par « maison », alors que, généralement, c’est le mot « accueil », plus juste, qui est utilisé. De même la fonction permettant de replier les sous-branches d’un nœud a été traduite par « collapsus ». Le Petit Robert n’a qu’à bien se tenir ! Le simple « plier/déplier » de Freeplane est tout de même beaucoup plus parlant. Même si ce genre d’imperfection prête à sourire, cela décrédibilise le logiciel auprès du public francophone. C’est bien dommage, compte tenu des énormes qualités du logiciel par ailleurs.

Et combien ça coûte ?
La politique des prix de Seavus est plutôt agressive. La version « Desktop » est proposée à 39$ sous forme d’abonnement annuel (avec support) et 99$ pour un abonnement à vie (avec support pour 1 an). Pour la version « en-ligne », il faut débourser 15, 25 et 39$, respectivement pour 3 mois, 6 mois et 12 mois d’abonnement. La version Ipad est disponible au prix de 48,99$. Les versions mobiles semblent gratuites, dans la mesure où on dispose d’un abonnement à la version « en-ligne ».

jeudi 18 août 2011

Freemind ou Freeplane, telle est la question !

Dans le top 10 des questions posées sur Freeplane et Freemind, « que me conseillez-vous entre Freemind et Freeplane ? » est de loin celle qui arrive en tête.

Le choix entre un logiciel commercial et un logiciel gratuit est relativement simple à faire, le critère financier étant très souvent incontournable, surtout pour une utilisation personnelle.

Parmi les logiciels gratuits, les principaux sont Xmind et Freemind/Freeplane. Leurs finalités étant très différentes mais complémentaires (on ne le répètera jamais assez !), rien ni personne ne vous empêche d’utiliser les deux.

Au final, il reste donc cette question : entre Freeplane et Freemind, quel est celui qui correspondra le plus à mon besoin ?

And the winner is…

Je pourrais vous donner une réponse, mais elle sera forcément mauvaise. Pourquoi ?

Tout d’abord, les différences entre Freemind et Freeplane restent minimes au regard de celles qui les séparent des autres logiciels, pour les raisons évoquées plus haut. Ceci est vrai, même si le fossé se creuse entre Freemind et Freeplane. Il est encore bien moins large que le gouffre qui sépare Freemind de Xmind, Freeplane de MindManager,…Entre Freemind et Freeplane, il s’agit de différences fonctionnelles. Entre Freemind/Freeplane et Xmind ou Mindmanager ou Novamind etc… il s’agit de divergences de conception voire de philosophie ou de culture. Le fossé est donc non seulement plus large, mais aussi plus profond.

Ensuite, l’évolution de leurs développements respectifs (au sens développement informatique) peut faire pencher la balance brutalement d’un côté comme de l’autre. Pour illustrer ce propos, je vous renvoie au billet écrit le 14 Mai dernier, sur la dernière version Alpha de Freemind et ses fonctions collaboratives. N’est-ce pas un point suffisant pour passer de Freeplane à Freemind pour les utilisateurs cherchant un logiciel collaboratif ? Et qu’en sera-t-il lorsque l'équipe de Freeplane proposera un logiciel du même acabit ?

Avant tout, quelques chiffres

Objectivement, Freemind reste internationalement la référence par rapport à Freeplane si on s’arrête sur les chiffres fournis par SourceForge au niveau des téléchargements. Avec 1 300 000 téléchargements depuis le début de l'année 2011, Freemind est loin devant Freeplane qui "plafonne" à 106 000 téléchargements. Mais pour relativiser ces chiffres, rappelons que Freeplane est né en avril 2009 alors que Freemind date de début 2000 !

Chose étonnante, si l'Allemagne représentent 25% des téléchargements de Freemind (loin devant les Etats-Unis, 2e, avec 12% du total), 26% des téléchargements de Freeplane sont effectués…en France (2 fois plus que les Etats Unis, encore une fois 2e pays "téléchargeur" de Freeplane). Si la communauté francophone continue encore de télécharger massivement Freemind, elle est la plus dynamique pour Freeplane.

Et les utilisateurs dans tout ça ?

La réaction des utilisateurs de Freemind et Freeplane est unanime. Dès qu’une fonctionnalité majeure de Freeplane ou Freemind apparaît, il est fréquent de voir sur le forum officiel de l’autre logiciel (respectivement de Freemind et Freeplane) des questions du genre : « j’ai vu que Freemind proposait dorénavant la création de clones de nœuds. Quand verrons-nous cette fonction dans Freeplane ? ». Ou alors « Freeplane propose des mises en forme conditionnelles. Est-il possible d’intégrer cela dans Freemind ? ». De quoi dérouter, voire agacer certains utilisateurs.

Mieux qu’une mauvaise réponse : posez les bonnes questions.

Pour vous aider à faire un choix, je vous ai préparé une petite carte au format Freeplane version 1.2.x Alpha. Chaque branche correspond à une situation à laquelle vous êtes sensible…ou pas. Ce sont des points de divergence essentiels, mais ils sont parfois subjectifs. A vous de les adapter éventuellement ou d’en ajouter. Pour chacune des branches, j’ai paramétré un attribut « Réponse » (voir ce billet pour la gestion des attributs, pour ceux qui ne connaissent pas cette fantastique fonctionnalité). A vous de sélectionner votre réponse. En fonction de vos choix, les couleurs du texte changeront en rouge pour Freeplane et en bleu pour Freemind, grâce à la mise en forme conditionnelle, nouveauté remarquable de Freeplane.

Vous pouvez également créer un filtre sur les réponses « OUI » et les réponses « NON ». Si le nombre de branches correspondant aux valeurs OUI de vos attributs est le plus important, c’est que Freeplane doit être privilégié pour vous. Si c’est « NON », utilisez alors Freemind.

J’espère maintenant que votre choix sera plus simple à effectuer. Encore une fois, ce qui est vrai aujourd’hui pourra être faux demain. Tout dépendra de l’évolution des logiciels, dans un an, 6 mois…ou la semaine prochaine !

lundi 27 juin 2011

Nouveautés Freeplane version 1.2.7 Alpha 4



Freeplane ne cesse d'évoluer dans sa version 1.2.x Alpha ! un petit point s'impose donc. La simple lecture de ce billet peut vous paraitre aride. Je vous invite donc à installer cette version sur votre poste et de tester les fonctions au fur et à mesure. Attention : c'est une version Alpha, donc instable. Elle ne doit donc pas remplacer votre Freeplane stable. Outre le "splashscreen" (ou écran d'accueil) avec sa couleur dominante verte plus sobre que le rose original, la première chose frappante est la barre de menu qui a énormement évolué. Nouvelles rubriques ou transfert d'une fonction d'un menu à un autre, il y a de quoi perdre tous les repères patiemment accumulés durant ces 2 dernières années. Je vous propose donc de parcourir la barre de menu à la recherche des nouveautés depuis le dernier billet écrit sur Freeplane, qui remonte à Novembre dernier 2010. Vous pourrez noter par ailleurs que la quasi-totalité de cette version a été traduite en Français.


Menu Fichier

- propriété de la carte

Il s'agit d'un tableau de bord des élements constituant votre carte : nombre de modifications, nombre de noeuds,...


Menu Edition

- copier l'indentifiant du noeud

Pour rappel, l'identifiant d'un noeud est sa référence sur la carte. Il commence toujours par 'ID_', suivi d'un numéro d'ordre. Copier cet identifiant est utile dans le cadre de l'utilisation des
"formulas", déjà présentées dans un précédent billet.

- Aller vers le noeud via son 'ID'.

Dans le même ordre d'idée, cette fonction permet de se positionner sur le noeud correspondant à l'identifiant renseigné.


Menu Affichage

- largeur maximale d'un noeud

Cette fonction est très utile pour limité la longueur d'un noeud et gagner en lisibilité. Elle existait précédemment, mais n'était accessible qu'à partir des préférences et donc peu visible. Maintenant l'accès est direct et le résultat instantané.


Menu Noeud

- "New summary node" (on peut traduire cette fonction par "résumé d'un noeud").

Il s'agit en fait d'une parenthèse qui apparait en bout de noeud. Elle est bien sûr plus ou moins grande, en fonction du nombre de noeuds-fils que contient cette branche. Une fonction analogue existe sur Xmind. Elle permet de clarifier ou synthétiser le contenu d'un noeud. Il est possible d'ajouter des noeuds-fils à ce "résumé de noeud".

- Noeud résumé

cette fonction permet de transformer un noeud (et ses noeuds enfants), en "résumé de noeud" de son propre noeud parent

- connecteur

l'accès à la gestion des connecteurs se fait directement à partir du menu : c'est souvent plus rapide et direct que par le menu contextuel. L'interface de gestion des connecteurs a été améliorée. Il est désormais possible de gérer la transparence des connecteurs, trois formes différentes peuvent être sélectionnées (courbe, droit, rectiligne) et il est enfin possible d'ajouter des libellés sur plusieurs lignes.


Menu noeud avancé (c'est nouveau !)
- icônes

- afficher les noeuds dans les pères

l'ensemble des icônes contenus sur les branches est automatiquement recopié sur les noeuds pères. Au final, ces icônes se retrouvent regroupés au niveau du coeur de la carte.


- image

- ajouter une image

l'insertion des images se fait directement à partir de ce menu. Aupravant, il fallait passer par la fonction insérer un objet. Le "glisser/déposer" est également possible.

- noeud image

c'est la fonction que l'on retrouve dans Freemind. Elle permet d'ajouter une image, mais elle ne sera pas, dans ce cas, redimensionnable.

- avancement

cette fonction trouvera son utilité dans le suivi de vos projets. En activant cette fonction, un "camembert" sous forme d"icône apparait sur la branche. Il est également possible de remplacer cette icône par une image cliquable plus grande, indiquant également l'état d'avancement de la tâche. Il suffit de double cliquer sur l'image pour augmenter la taille de la portion accomplie (par pas de 10 ou 25%).


- lien

- Créer un lien hypertexte à partir du noeud


Si le texte du noeud est "hypertextualisable" (ça devrait exister comme mot, non ?), genre http://www.freemindparlexemple.fr/, cette fonction permettra de le transformer en lien hypertexte automatiquement.


- lien vers une commande


Permet d'insérer l'activation d'une commande directement sur une carte. Une fonction macro, en quelque sorte.


- détail


J'ai parlé de cette fonction dans un précédent billet. Le texte édité en "nodes détail" utilise la même interface que les notes. Il permet donc d'être formatté (couleur, police,...)


- calendrier


le calendrier, permettant notamment d'ajouter des alertes, est de taille plus réuduite que la précédente mouture. D'autre part, il est toujours possible d'éditer la carte tout en gardant le calendrier ouvert.


Menu Style


- style conditionnel


j'ai déjà écrit quelques mots sur cette fonction. Même s'il n'y a pas eu de nouveauté majeure à ce sujet, il s'agit, à mon avis, de l'une des fonctionnalités présentant le plus d'intérêt.



Menu Mise en Forme


- Couleur de ligne automatique


En activant cette fonction, les noeuds situés directement au niveau du coeur prendront automatiquement des couleurs différentes, à la manière de iMindMap ou Novamind. Cela permet de gagner, au final, beaucoup de temps pour la mise en forme de la carte. Malheureusement, pour le moment, la couleur ne se propage pas aux noeuds enfants.


Menu navigation


- Noeud précédent ou suivant dans l'historique


permet de naviguer dans la carte en fonction du parcours déjà effectué.

mardi 21 juin 2011

Check-lists.org ou comment s'organiser à partir de cartes Freeplane




Lors de dernières Retrouvailles Mapping-Experts qui se sont tenues le 23 Mai, j'ai pu m'entretenir avec Nicolas de Kermadec, l'un des participants. Utilisateur de Freeplane, Nicolas partage de nombreuses cartes dans ce format sur son site check-lists.org. Ces cartes abordent le sujet de l'efficacité personnelle et professionnelle : Maitriser le temps, maitriser les opérations de base (téléphone, messagerie,..), coopérer,..On y retrouve ainsi la Matrice d'Eisenhower, la méthode QQOQCPC,... outils facilement calibrables sur cartes heuristiques. Loin de vous apporter des réponses toutes faites, ces modèles de cartes permettent de vous poser les bonnes questions. Le résultat final n'en est que plus riche !
En parallèle, Nicolas de Kermadec a publié un petit livre intitulé "Dope ton efficacité". Elaboré avec le même esprit que les cartes de check-lists.org (beaucoup de questions ou lignes de conduite), ce livre est conçu comme un calepin à porter sur soi et à utiliser partout : petit format, pages cartonnées, reliure à spirale. Il aborde des sujets ou situations de la vie courante très précis : soigne tes interventions, réussis tes conversations délicates, choisis en faire et faire-faire,...Si ces check-lists sont écrites de manière linéaire, elle sont facilement transposables sous forme de Mind-Map.

samedi 14 mai 2011

Collaborez en temps réel sur des cartes Freemind par Internet

Le 29 Avril, je vous présentai la version 1.0.0 alpha, permettant de partager vos cartes Freemind avec d'autres utilisateurs situés sur un même réseau local. Ce partage était rendu possible en communiquant l'identifiant de la machine 'serveur' (son nom sur le réseau ou son adresse IP) et le numéro de port permettant d'accéder à la carte (pour schématiser c'est la clé qui permet d'ouvrir la porte d'accès au fichier partagé).

Pour un partage sur internet, les principes sont absolument identiques. Cependant, dans la pratique, le procédé pour y arriver est sensiblement différent. Il est un peu plus long, mais une fois les paramètres en place, il n'y a plus rien à faire de plus que sur un réseau local.

Voici la marche à suivre (applicable pour les Box : Bbox, freebox, livebox,...) pour partager via Internet, c'est à dire partout dans le monde ! Etant moi-même chez Bouygues Télécom, les copies d'écran son ceux de ma box. Mais les mêmes interfaces sont normalement disponibles sur les autres box...à vous de vous renseigner.


-1- Résoudre le problème de l'adresse IP dynamique
Dans la majorité des cas, l'adresse IP des Box sur le réseau Internet est une adresse dynamique. Concrêtement, cela signifie que si vous rebootez votre box, il est fort probable que vous changerez d'adresse IP. Pour partager une carte Freemind, cela pose évidemment problème. L'astuce consiste donc à passer par un intermédiaire qui vous affranchiera, de manière permanente, de vérifier votre adresse IP.

Quelle est votre adresse IP actuelle ?
Pour connaitre votre adresse IP en cours, rendez vous sur un site comme mon-ip.com. votre adresse s'affichera alors à l'écran. Notez la quelque part.



Allez ensuite sur le site dyndns.com.

Vous devrez créer un compte (entièrement gratuit). Le but de la manoeuvre est d'assigner une adresse permanente à votre box. Je ne vous donne pas ici la marche à suivre pour créer ce compte. Il existe de très bons didacticiels en Français pour cela. au final, l'objectif est de créer une adresse du type toto.dyndns.org par exemple, qui sera reliée à votre box en fonction de l'adresse IP en cours d'utilisation sur la même box.

-2- Paramétrage de votre box
renseigner l'url dans la box
A ce stade, vous disposez d'une adresse créée sur dyndns.com. Il reste à l'intégrer dans votre box pour créer le lien entre les deux éléments. Pour cela, l'interface de gestion de votre box doit vous proposer une zone dynsdns. Renseigner là, en indiquant l'url créée (toto.dyndns.org) et le mot de passe utilisé sur le site dyndns.com, lors de la création de votre compte.
Ouvrir le port
le port est donc le deuxième élément à paramétrer dans la box. Là encore, l'interface de paramétrage de la box doit pouvoir vous proposer une zone NAT/PAT. C'est à ce niveau que le port sera ouvert. Créez alors une nouvelle règle (que l'on nommera Freemind par exemple) et complétez le reste de la ligne avec les éléments ci-dessous :


Pour l'exemple, j'ai conservé le port 9001 qui est celui proposé par Freemind lors du partage des cartes (la fonction "share map"). Si vous utilisez un autre port dans vos règles NAT, n'oubliez pas d'utiliser le même dans Freemind. Evitez les ports 8080 ou 8081, largement utilisés par d'autres applications.

C'en est fini pour le paramétrage de la box.


-3- Que faire dans Freemind ?
Côté serveur
comme pour le partage sur un réseau local, indiquez un mot de passe et le numéro de port (celui, encore une fois, sélectionné dans votre règle NAT). Y'a plus qu'à attendre les "clients" !



Côté client
Renseignez le mot de passe du Freemind "serveur" dans la zone Password. Dans la zone Host, c'est l'url créée avec dyndns qu'il faudra renseigner (le fameux toto.dyndns.org). Enfin, indiquez le port.

Vous voilà prêt à travailler sur vos cartes Freemind avec vos amis situés aux 4 coins du monde.
Un petit rappel toutefois : il s'agit d'une version Alpha. Cette version ne doit être utilisée qu'à des fins de tests.

Merci à Pascal, grand gourou des réseaux s'il en est, pour le partage de ses connaissances qui ont permis d'écrire ce billet.

mardi 3 mai 2011

Retrouvailles Mapping-Experts cuvée 2011


Quel point commun peut-on trouver entre les enseignants (de plus en plus nombreux) à l'affût de techniques d'apprentissage innovantes, le vin, l'explosion de créativité ou nos talents cachés de dessinateurs ? A priori, pas grand chose, mais le lundi 23 Mai sera justement l'occasion de constater le contraire, puisque tous ces sujets seront abordés lors de la journée des Retrouvailles Mapping-Experts organisée par l'EFH.

En dehors de son copieux menu à consommer sans modération, cette journée sera également l'occasion pour les simples curieux ou les farouches passionnés de se retrouver dans un chaudron de bonne humeur et autour d'un seul et même coeur : le Mind-Mapping, bien entendu.
Vous trouverez toutes les modalités d'inscription sur le site de Mapping-Experts.

vendredi 29 avril 2011

Freemind 1.0.0 : clonez et collaborez


Au grand désespoir de nombreux utilisateurs, Freemind n'a pas énormément évolué durant cette dernière année. Le travail était concentré sur la correction de bugs, donnant ainsi naissance, le mois dernier, à la première version stable estampillée 0.9.0. C'est déjà pas mal!

Cette version à peine sortie, les développeurs nous proposent désormais une version 1.0.0 Alpha. Attention donc : son utilisation est à réserver aux tests et découvertes de ses nouvelles fonctionnalités. Accessoirement, vous pouvez remonter vos avis ou constats sur le forum officiel de Freemind.
2 fonctionnalités majeures ont donc été intégrées dans cette version.

La première concerne l'intégration de clones de noeuds. J'ai déjà écrit un billet à ce propos. Il s'agissait d'une version Freemind modifiée permettant de cloner certains noeuds. Mieux qu'un simple copier/coller, le clonage permet de prendre en compte en temps réel toute modification apportée sur le noeud source. L'inverse fonctionne également : une modification sur un noeud cloné modifie de la même manière le noeud source. Les application de cette fonctionnalité sont nombreuses. On peut, par exemple, imaginer de cloner certains noeuds essentiels mais dissiminés un peu partout sur une carte. Ces noeuds seront ensuite repris sous forme de clone sur une branche "synthèse". Ainsi, en un coup d'oeil, on obtient une vision résumée de l'ensemble de la carte. Les noeuds clonés comportent des icônes très distinctifs permettant de les distinguer des autres, un peu comme si la regrettée Dolly avait été marquée au fer rouge pour ne pas la perdre dans un troupeau. Rassurez-vous, pas de risque de mutation génétique dans une carte Freemind !
Pour insérer un noeud clône, il suffit de sélectionner le noeud source et d'activer la fonction "Clone Node" :


Voici le résultat :


Vous constaterez quelques bizarreries : l'attribution des icônes n'est pas toujours bien respectée. De même, si la mise en forme s'opère bien sur le noeud cloné, tout déplacement du noeud source entraine le déplacement du noeud cloné. Un peu gênant et pas vraiment utile. Mais encore une fois, c'est une version alpha.



La deuxième nouveauté fera ENFIN sauter de joie les utilisateurs de Freemind qui se désespéraient de voir leur logiciel de Mind-Mapping préféré seul dans son coin (ou presque) concernant le travail collaboratif. Quelques "bidouilles" existaient pour faire du pseudo-collaboratif. Elles permettaient notamment de bloquer l'accès à une carte située sur un disque réseau quand celle-ci était déjà ouverte sur l'un des PC. Désormais (ou plutôt bientôt), ce sera de l'histoire ancienne. En effet, une fonctionnalité intégrée à Freemind permet de partagée une carte située sur un PC. Par partager, il faut entendre visualiser, modifier (à partir de n'importe quel PC) et enregistrer.
Voici le principe. Un micro-ordinateur, que nous nommerons PC1, ouvre une carte collaborative. Ce PC prend la fonction de "serveur". Pour partager cette carte il faut passer par le menu Outils et sélectionner "Share Map" :




Une boite de dialogue s'affiche alors :



L'utilisateur doit renseigner un mot de passe qui sera ensuite transmis, par un autre biais aux futurs collaborateurs. Un numéro de port doit également être fourni. Par défaut, Freemind propose le port 9001. Pour synthétiser, si le mot de passe permet d'accéder à la carte, le numéro du port permet de pénétrer dans le PC1. Les deux sont donc indispensables.
A partir de ce moment-là, n'importe quel PC se trouvant sur le réseau peut, avec ce port et le mot de passe, accéder à la carte partagée.
Du côté des collaborateurs, il utilisent des PC "clients" (PC2, PC3,...). Pour pouvoir accéder à la carte, il doivent sélectionner la fonction "join Map" du menu Outils :



Une boite de dialogue s'affiche également :


Outre le mot de passe et le port normalement communiqué par l'utilisateur "serveur", le "client" doit compléter la zone "host" qui n'est autre que le nom du PC "serveur" ou son adresse IP sur le réseau (exemple : 192.168.1.20).
La carte du PC1 apparait alors à l'écran des PC connectés.
Le travail collaboratif peut commencer, les modifications étant visibles en temps réel.

Bien entendu, si vous testez cette version, vous constaterez de nombreux bugs. Encore une fois, c'est une version "prototype", mais l'essentiel est à portée de main.

Pour aller encore plus loin, ce principe de partage peut être étendu sur Internet. Je vous expliquerai dans un prochain billet comment procéder.

mercredi 30 mars 2011

Freemind : passez sans hésiter à la nouvelle génération !


Aujourd'hui encore, il n'est pas rare de se voir proposer en téléchargement sur certains sites la version 0.8.1 de Freemind, qui était considérée comme la seule version stable, les versions 0.9.0 successives n'étant "que" des beta et RC (Release Candidate, meilleures stabilité que les beta, mais pas encore définitives). La version 0.9.0 sonne le glas de cette 0.8.1, puisqu'une version considérée totalement stable et fonctionnelle est sortie le 19 Février dernier, discrètement annoncée sur le forum de Freemind par Christian Foltin.
Donc si vous ne jurez que par des versions stables et définitives, vous pouvez utiliser dorénavant sans crainte la version 0.9.0 . A vous désormais les nouveautés ou améliorations : filtres, attributs, notes et autres mises en forme poussées.
A noter qu'une version 1.0.0 est désormais en gestation avec LA nouveauté que beaucoup d'utilisateurs attendent avec impatience. A suivre dans un prochain test.

lundi 21 mars 2011

Quelques nouveautés pour votre bibliothèque

Ce premier trimestre 2011 a été marqué par la parution de trois nouveaux ouvrages signés, entre autres, du prolifique Pierre Mongin.




Tout d'abord, la seconde édition d' "Organisez votre vie avec le Mind-Mapping" co-écrit avec son complice Xavier Delengaigne est enrichi d'un chapitre spécifique sur l'utilisation du Mind-Mapping pour les personnes en situation de handicap et d'un cahier de cartes en couleurs. Ce livre permet de s'initier simplement et efficacement au Mind-Mapping en abordant la discipline sous forme d'exemples concrets.





Ensuite Pierre Mongin s'est attaqué à l'une des exploitations possibles du Mind-Mapping au travers du livre "Organisez vos Projets avec le Mind-Mapping", toujours richement illustré de cartes signées Luis Garcia. Là encore, les exemples concrets foisonnent, permettant au lecteur de largement s'en inspirer, l'exploitation dans l'optique "Gestion de Projets" du Mind-Mapping étant vraiment exhaustive.



Pour finir, voici l'ouvrage "Organisez vos données personnelles" écrit à trois mains : Pierre Mongin, bien sûr, Xavier Delengaigne, encore lui, et Christophe Deschamps, spécialiste incontesté dans le domaine de la veille et animateur du blog majeur qu'est Outils Froids.
Il ne s'agit pas d'un livre sur le Mind-Mapping à proprement parlé, même si on y trouve, par exemple, une partie consacrée au logiciel Personal Brain. Comme pour les deux ouvrages précédents, on y retrouve de réponses concrètes à toutes les questions portant sur l'infobésité et le PKM (Personal Knowledge Management) : de la gestion des flux RSS à celle des mails, en passant par la sécurisation, le collaboration et, bien entendu, l'exploitation du web 2.0

jeudi 10 février 2011

"Traiter l'information grâce au Mind-Mapping" de Matthieu POLET


Les ressources concernant le Mind-Mapping et ses applications ne manquent pas sur Internet. Je souhaite vous présenter aujourd'hui un document rédigé par un "camarade de promotion" de la Certification à l'Enseignement de la Carte Heuristique dispensée par l'EFH. Matthieu a réussi l'exploit d'intégrer dans ce document de 6 pages toutes les règles permettant à tous de créer des cartes de manière efficace : structure, choix des mots, exploitation des images,... tout y passe au travers d'un exemple très concret. Afin de ne pas laisser le lecteur sur sa faim après lui avoir ouvert l'appétit, le document intègre également des liens pour aller plus loin sur le sujet.
Transférez-vous vite vers le blog mapping-experts.fr pour le découvrir.

mercredi 9 février 2011

Sozi ou comment "faire du Prezi" avec Freeplane


Dans le dernier billet consacré au format SVG, j'indiquai qu'un début de réflexion sur la création de présentations animées à partir d'une carte Freeplane était en cours sur le forum officiel de Freeplane.

En commentaire, Laurent (que je remercie infiniment) d'Outils-Réseaux m'alertait sur l'existence d'un module pour le logiciel Inkscape permettant justement de "faire du Prezi" à partir de fichier SVG. Le nom de cette extension : Sozi (Sozi / Prezi : toute ressemblance entre les deux programmes n'est certainement pas fortuite !).

Après avoir fait quelques tests, force est de constater que Sozi est époustouflant de puissance.

Dans sa version gratuite, Prezi permet de créer, en ligne, de bout en bout ,une présentation très complète avec un minimum d'efforts. Dans sa version payante, on accède à des fonctionnalités plus poussées et surtout une édition des documents hors-ligne.

Concernant Sozi, les outils utilisés sont tous issus du monde du libre. Cerise sur le gâteau, Sozi est un projet Français.

De quoi aurez vous besoin ?
Pour créer une présentation à partir d'une carte Freeplane, vous devrez utiliser :
- Freeplane. Je ne m'attarde pas sur le sujet ;-). L'avantage de partir de Freeplane est de modeler votre carte initiale (celle qui contient toutes les informations) pour ne faire apparaitre que celles que vous souhaitez projeter. Pas de ressaisie inutile donc.
- Inkscape. Ce logiciel de dessin vectoriel vous permettra de modifier les informations contenues sur la carte initiale (supprimer, ajouter, éditer,...). Inkscape propose des centaines de fonctionnalités mais seules quelques-unes seront utiles : déplacement des éléments, modification des tailles, des couleurs,.. Pour une utilisation basique de Sozi, la prise en main est donc rapide.
- le module Sozi à installer dans Inkscape. La marche à suivre est relativement simple et un mode opératoire d'installation est disponible sur le site.
- un programme permettant de lire l'animation. Firefox s'en charge très bien. Cette animation est ensuite entièrement pilotable (élément suivant / élément précédent,...)


Quel est le principe ?
Une fois la carte Freeplane importée dans Inkscape, vous pouvez (rien ne vous y oblige !) modifier le contenu. Sur les possibilités, c'est relativement simple : on peut TOUT faire. Cela peut d'ailleurs devenir problématique. Quand on peut TOUT faire, il y a un risque d'en faire TROP. Mais avec un peu d' auto-discipline et d'essais parfois infructueux, ca se passe généralement bien.
Dès que la carte correspond à vos souhaits, il suffit d'ajouter des zones qui serviront ensuite de référence pour l'animation.

Pour vous faire une idée complète, je vous invite à regarder la vidéo ci-dessous. Sur la mise en forme, je me suis un peu "laissé aller" : cette présentation est loin d'être optimale et mériterait plus de "légèreté". Toutefois, vous pourrez la comparer à celle faite avec Prezi, les éléments étant identiques.

Donc pour résumer, si vous recherchiez un moyen de transformer vos cartes Freeplane en module de présentation avancée, sortant ainsi du très formaté PowerPoint, Sozi mérite toute votre attention.


Comment créer une animation type Prezi avec Freeplane et Sozi from Franck Maintenay on Vimeo.





lundi 24 janvier 2011

Exporter les cartes en SVG : pour quoi faire ?


Si vous êtes utilisateur(trice) de Freemind ou Freeplane, et accessoirement lecteur(trice) de ce blog, vous savez maintenant que votre logiciel de Mind-Mapping préféré sait convertir ses cartes dans de nombreux formats. On peut distinguer deux familles de formats :
- les formats dynamiques. Le résultat est totalement manipulable : Flash,Java, XHTML
- les formats statiques. Le résultat est alors figé. C'est le cas pour l'exportation PDF ou JPG.

Il existe néanmoins un format un peu à la croisée des chemins : c'est le SVG.

Un peu d'explications techniques
Si on se réfère à l'encyclopédie Wikipédia, le format SVG est l'acronyme de "Scalable Vector Graphics qui, traduit de l’anglais, signifie « graphique vectoriel adaptable », et couramment abrégé par SVG, est un format de données conçu pour décrire des ensembles de graphiques vectoriels et basé sur XML.". A noter que le format natif des cartes Freemind et Freeplane sont justement du XML (caché derrière une extension .mm).

Donc contrairement au format graphique classique type Bitmap (bmp, jpg,...) qui est composé de points immuables, le format SVG est un système vectoriel. Le graphique est donc constamment recalculé.

Voyons cela concrètement.

Voici une carte exportée en format JPG, non zoomée (valeur du zoom : 100%). repérez bien le carré rouge : vous pourrez constatez la différence entre les JPG et le SVG sur cette portion.




La même carte, toujours en JPG mais zoomée à 400%



On remarque très nettement les effets d'escalier qui se dessinent sur les polices de caractères. D'autre part, le format JPG fonctionnant sur un principe de "destruction d'informations", des points grisatres apparaissent notamment autour des zones colorées

Le même image mais grossi 800 fois :



Cette fois, les caractères sont sinon illisibles, au moins compliqués à déchiffrer. Le rendu est plus que médiocre.


Regardons maintenant le résultat au format SVG avec les mêmes facteurs de zoom.
Tout d'abord, un zoom de 400% :



Alors que le format JPG commence à laisser apparaitre de nombreuses imperfections, le format SVG est toujours aussi net. Notez toutefois que les éléments Bitmap d'origine (icône et flèche) subissent une nette déformation

Grossie 800 fois, la qualité visuelle de la carte (ou plutôt ce qui en reste de visible) ne bouge pas d'un cil, que ce soit pour les caractères ou les lignes :



Juste pour constater que qu'on peut effectuer un zoom presque jusqu'à l'infini, voici ce que l'on voit quand la carte est grossie 12800 fois :



Oui, il s'agit bien de la même carte. En l'état (sous forme d'image fixe), une exportation en SVG présente peu d'intérêt par rapport à une image jpg. En effet, si les fichiers au format JPG sont très bien gérés, en natif, par les différents systêmes d'exploitation, c'est totalement différent pour les fichiers SVG. Les logiciels, nécessairement spécifiques, ne sont pas légion. Notons toutefois Inkscape, de la famille des logiciels libres, et le très connu Adobe Illustrator, mastodonte du dessin vectoriel.

De par sa structure, ce format est tout à fait adapté pour une impression "en grand" sur table traçante par exemple. Mais tout le monde n'a pas nécessairement du tel matériel à disposition et surtout l'utilité, nos cartes comportant rarement 20000 branches.

Indépendamment de l'impression, une autre idée fait son chemin et qui présente infiniment plus d'intérêt (à lire sur le forum de Freeplane): pouvoir utiliser une carte Freeplane ou Freemind exporté en SVG pour en faire une animation à la sauce Prezi (je vous invite à lire un billet que j'ai pu écrire au sujet de ce logiciel sur Mapping-Experts, blog qui, soit dit en passant, vient de subir un lifting graphique très réussi). En effet, un logiciel comme Illustrator peut créer des animations flash à partir de fichiers SVG. Il est donc tout à fait imaginable qu'une telle animation puisse se faire de manière presque automatique. Je serai en tout cas vigilant sur le sujet et ne manquerai pas d'en reparler si ce projet devait avancer.